2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:34
quelques unités présentent à Fort Peter, le 1st rifle dans sa nouvelle tenue grise mais à la plaque de shako en losange, le 43rd US regiment dans l'uniforme reglementaire de 1814, il n'existe pas d'informations particulières au sujet de sa tenue réellement portée et l'on doit se contenter de supposition, enfin les Marines coloniaux et le 2nd régiment des caraibes, unités très adaptées au climat local surtout en été.

quelques unités présentent à Fort Peter, le 1st rifle dans sa nouvelle tenue grise mais à la plaque de shako en losange, le 43rd US regiment dans l'uniforme reglementaire de 1814, il n'existe pas d'informations particulières au sujet de sa tenue réellement portée et l'on doit se contenter de supposition, enfin les Marines coloniaux et le 2nd régiment des caraibes, unités très adaptées au climat local surtout en été.

Le Fort Peter ou plus exactement le Fort de Peter Point (point Peter est également utilisé), est une fortification construite par l'armée américaine en 1795 près du village de Saint Mary dans le comté de Camden en Géorgie. Situé dans une région peu habitée il fut le théâtre d'un affrontement tardif entre l'armée anglaise et les troupes de milice américaine stationnées sur place. L'existence de ce point fortifié fut brève car en partie détruit durant la guerre de1812, il fut réoccupé puis abandonné en 1818.

Un petit fort idéalement situé

Le fort est situé à une embouchure stratégique à la frontière avec l'état de Géorgie et la colonie espagnole de Floride. Il contrôle la rivière Saint Mary, la crique de Peter-point en face de l'île de Cumberland. Sa position verrouille l’accès vers l'ouest à l’intérieur des terres par la rivière.

Initialement construit en 1795, le fort ou plutôt le point fortifié de Point Peter était constitué de renfort de terre et de rondins de bois. Une batterie de 8 pièces de canons, essentiellement des pièces de 12 livres, fut installée. Le site fut abandonné une première fois en 1802 mais le fort et sa garnison eurent à contrer des incursions de contrebandiers ou corsaires espagnols puis français en 1805 ce qui incita à renforcer la position.

Le fort fut réoccupé en 1808. Un blockhaus fut ajouté au système de défense ainsi que des baraquements. Le rôle du fort était alors de renforcer le contrôle du secteur dans le cadre de la loi de "l'embargo Act", et la lutte contre le trafic d'esclaves. Il faut rappeler que la Géorgie est une région de plantation où les esclaves qui travaillaient dans les champs étaient nombreux. La demande de main-d’œuvre était forte et suscitait un marché de contrebande d'esclaves. Si l'esclavage était autorisé dans certains états des États-Unis, dont la Géorgie, la traite des noirs était quant à elle interdite depuis 1808. Mais un fort commerce illégal d'esclaves subsistait.

En plus du fort, le secteur était également défendu par une flottille de canonnières plus utiles pour contrôler les nombreux cours d'eau du secteur. La garnison du fort reçut également l'ordre d'assister toute opération militaire qui serait menée contre les terres espagnoles toutes proches. Lors de la guerre patriotique de 1810 et les incursions de 1813, les forces américaines s'emparèrent de territoires espagnols avec l'aide notamment des canonnières stationnées près du fort Peter.

La garnison du fort était composée de troupes régulières en provenance de Caroline du Nord : le 43rd regiment of US infantry recruté le 29 janvier 1813 et dont une compagnie était affectée à la défense de la position.

Des détails sur la vie de la garnison furent découverts après de récentes fouilles archéologiques. Au travers des nombreux artefacts trouvés comme des ustensiles de cuisine on sait que les conditions de vie étaient difficiles mais que les hommes, en plus de leurs rations, subsistaient grâce à la pêche et à la chasse. Les conditions très humides de leur environnement et les marais voisins étaient, en outre, favorables à l’apparition de maladies, notamment en été avec les moustiques fort nombreux.

L'attaque anglaise de 1815

Peu après la terrible défaite de la Nouvelle-Orléans, les troupes anglaises sous le commandement de l'amiral George Cockburn, ignorantes de la débâcle anglaise en Louisiane, débarquèrent non loin du Fort Peter sur l'île de Cumberland le 10 janvier 1815. Près de 1500 soldats britanniques prirent pied sur cette île dans le but de détruire les défenses de Saint Mary puis d'occuper durablement le terrain empêchant ainsi tout renfort américain de se diriger depuis cette zone vers la Louisiane afin d'aider les défenseurs américains de la Nouvelle-Orléans. La plupart des troupes étaient des bataillons de royal Marines des 1st, 2nd et 3rd battalion. Le 2nd west india regiment était également présent.

Le 13 janvier, 800 hommes attaquèrent le fort et ses 130 à 160 défenseurs (selon les sources) qui furent rapidement submergés. Les britanniques affrontèrent une compagnie du 43rd regiment of US infantry commandé par le capitaine Tatnall ainsi qu'une compagnie du 1st Rifle commandée par le capitaine Abraham M Massias. Le capitaine Barrie prit le commandement de la colonne anglaise et s'approcha du fort. Les Américains dont une partie des troupes étaient restée près des canons, avaient envoyé le reste des deux compagnies tendre une embuscade à la colonne anglaise. Le combat qui s'ensuivit fit une quinzaine de victimes chez les Américains et bien moins chez les Anglais. Tatnall fut blessé au cours de l'engagement. Largement inférieurs en nombre et ayant échoué à stopper l'ennemi, les Américains se retirèrent abandonnant le fort aux Anglais. Ces derniers le détruisirent et retournèrent à leur point de départ.

Le 15 janvier, les Anglais s'emparèrent de la ville de Saint Marys et la pillèrent. Ils récupérèrent à cette occasion deux canonnières et des navires marchands.

deux vues et la carte de la zone du débarquement anglais à point Peter (entouré en rouge). Il n y a aujourd'hui que peu de traces du fort construit en bois et terre (en jaune) et révélées par des fouilles archeologiques. Une pancarte à l'endroit de la batterie rappelle les faits qui se sont déroulés en 1815. (images Google Maps)
deux vues et la carte de la zone du débarquement anglais à point Peter (entouré en rouge). Il n y a aujourd'hui que peu de traces du fort construit en bois et terre (en jaune) et révélées par des fouilles archeologiques. Une pancarte à l'endroit de la batterie rappelle les faits qui se sont déroulés en 1815. (images Google Maps)
deux vues et la carte de la zone du débarquement anglais à point Peter (entouré en rouge). Il n y a aujourd'hui que peu de traces du fort construit en bois et terre (en jaune) et révélées par des fouilles archeologiques. Une pancarte à l'endroit de la batterie rappelle les faits qui se sont déroulés en 1815. (images Google Maps)

deux vues et la carte de la zone du débarquement anglais à point Peter (entouré en rouge). Il n y a aujourd'hui que peu de traces du fort construit en bois et terre (en jaune) et révélées par des fouilles archeologiques. Une pancarte à l'endroit de la batterie rappelle les faits qui se sont déroulés en 1815. (images Google Maps)

Les Anglais s'installent sur l'île Cumberland et les dernières actions de la guerre

Après avoir détruit la position américaine, les Anglais s'installèrent durablement dans l'île de Cumberland afin d'y établir une solide tête de pont pour des actions futures. Les ordres étaient d'attendre l'arrivée de renforts pour mener des raids sur les côtes de Géorgie, détruire les moyens de communications ennemis dans le but d'isoler un peu plus les forces américaines en Louisiane et dans le secteur de Mobile. Bien que les forces de renfort anglaises n'arrivèrent pas, la présence de Cockburn fut une menace qui incita le commandement militaire de la région de Savannah, située plus au nord, de maintenir des forces en réserve en prévision d'une éventuelle attaque anglaise. De son côté l'amiral anglais prévit effectivement de pousser son attaque vers Savannah mais la nouvelle de la signature de la paix à Gand stoppa son projet.

A la nouvelle de la présence anglaise dans ce secteur des centaines d'esclaves s'enfuirent de leurs plantations pour aller rejoindre les troupes anglaises. Ces esclaves en fuite furent en partie recrutés dans le bataillon de Royal Marines coloniaux. On estime à 1500 le nombre d'esclaves ayant rejoint les Britanniques sur l'île Cumberland. A la fin du conflit les Américains réclamèrent que les esclaves en fuite soient rendus à leurs "propriétaires". Les Anglais refusèrent et s'engagèrent en échange, grâce à une médiation russe, à rembourser leurs anciens propriétaires. Ces litiges concernant les esclaves en fuite furent réglés par le traité de Gand. Les anciens esclaves furent transférés par les Anglais sur les îles Trinidad et Tobago et en devinrent des habitants en 1816.

Il est à noter que bien qu'au courant de la signature du traité, les Anglais établis à Cumberland organisèrent un dernier raid le 23 février 1815 pour attaquer le poste nommé camp Pinckney. Le 24 février un combat opposa le parti de Royal Marines embarqués sur 8 barges pour l'opération et des miliciens locaux qui leur tirèrent dessus depuis les rives de la rivière. Le compte rendu du colonel américain fait état d'un affrontement entre sa cinquantaine d'hommes miliciens et soldats réguliers et des unités anglaises sur la rivière. Les Anglais se replièrent et n'insistèrent pas ; ce fut là la dernière escarmouche de la guerre de 1812 qui eut lieu quelques jours après la ratification du traité de Gand.

Le Fort aujourd'hui fut redécouvert grâce à des fouilles archéologiques en 2002 qui ont permis de déterrer un grand nombre d'artefacts de la cette période. Malheureusement construit en bois et en terre, le fort n'existe plus il est donc difficile d'imaginer à quoi ressemblaient la batterie et les installations de manière précise. Néanmoins le site a été revalorisé depuis les fouilles et l'endroit peut se visiter ne serait-ce que pour apercevoir le point de vue sur la rivière Saint Mary.

Le Fort Peter dans la guerre de 1812, les derniers combats de la guerre

Sources et liens:

Chartrand René "The fort of the war of 1812" Osprey

Fredriksen John "the united states army in the war of 1812"

roussillon sylvain "1812"

Fredricksen John "Green Coats and Glory the united states regiment of Riflemen"

quelques sites internet pour la découverte des lieux

les fouilles archéologiques du fort :

http://archive.archaeology.org/0701/abstracts/ptpeter.html

site sur les sites historique de Géorgie:

http://www.lat34north.com/historicmarkers/MarkerDetail.cfm?KeyID=020-HS2&MarkerTitle=Point%20Peter%20Battery%20and%20the%20War%20of%201812%20&CountyNameKey=Camden

site sur Saint Marys:

http://www.exploresouthernhistory.com/stmarys.html

site sur l'île Cumberland:

http://www.nps.gov/cuis/index.htm

Partager cet article

Published by Olivier Millet - dans lieux de la guerre de 1812
commenter cet article

commentaires

olivier de vergnies 09/03/2015 22:33

Merci pour cet article .

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere