22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 19:18
Winfield Scott, le renouveau de l'US Army

L'US Army existe depuis le 3 juin 1784, date qui officialise le passage de l'armée continentale à l'armée des États-Unis. Cette petite armée qui fut forgée dans la douleur doit son existence à des hommes d’exception qui ont su tirer parti d'un ramassis de miliciens pour les transformer en véritables soldats aptes à affronter les tuniques rouges lors de la guerre d'indépendance.

Les généraux qui se sont succédé après la guerre d'indépendance n'ont guère brillé que contre les indiens et encore en subissant au passage quelques désastres mémorables (bataille de la Wabash 1794). La véritable preuve de la qualité d'une armée est l'affrontement avec une armée de même nature. La guerre de 1812 était l'occasion de voir si l'US Army était capable d'affronter une armée qui se battait de manière classique à l'européenne. Il ne fallut pas longtemps pour comprendre que les différentes réformes et diminutions de budget avaient transformé l'US Army en une force militaire incapable de faire la guerre à une armée de métier. Il fallait d'urgence des hommes de la trempe de Von Steuben ( instructeur d'origine allemande qui fit de l'armée continentale le redoutable instrument qu'elle devint pendant la campagne de Valley Forge) ou de Georges Washington pour redonner corps et vaillance à cette institution. Cet homme ce fut Winfield Scott qui réussit là où la plupart de ses homologues avaient échoué. Il redonna confiance à ses hommes grâce à l'entraînement et à une série de mesures visant à renforcer la cohésion. Winfield Scott a ni plus ni moins réinventé l'US Army. Ce n'est pas par hasard si il devint une des légendes de l'armée américaine car il fut un des très rares officiers généraux à avoir un rôle dans trois conflits majeurs pour les États-Unis au cours du 19ème siècle. En effet en plus de la renommée acquise pendant la guerre de 1812, on le retrouvera dans la guerre contre le Mexique où il montrera de nouveau des qualités de chef indiscutables et enfin pendant la guerre de Sécession où il occupa brièvement le poste de général en chef des armées de l'union au début du conflit. Il est l'officier général ayant servi le plus longtemps dans l'armée américaine soit 53 ans. Un temps de service exceptionnel pour un militaire qui ne l'était pas moins.

illustration : la bataille de Chippawa en juillet 1814, campagne du Niagara où Winfield Scott mena victorieusement sa fameuse brigade à l'uniforme gris face aux meilleures troupes anglaises en poste sur le continent américain.

Winfield Scott naquit près de Petersburg le 13 juin 1786 dans une famille de fermiers de Virginie. Ayant perdu ses parents tôt dans son enfance il partit étudier le droit et travailla dans un bureau d'avocat. Son premier contact avec le milieu militaire vint en 1807 alors qu'il servait dans la cavalerie de la milice de Virginie en 1807. Son unité après l'incident de la frégate Chesapeake, captura et garda en détention des marins anglais en guise de représailles. Il entra dans la carrière d'un militaire professionnel en obtenant une commission de lieutenant dans le très fameux régiment de la "Light artillery". Il servit dans la garnison de la Nouvelle-Orléans où il put se rendre compte de la totale incompétence d'un certain général James Wilkinson. Contre toute attente il s'en prit directement à son supérieur et fut traduit en cours martiale pour insubordination et suspendu pour un an. Durant cette période il entreprit d'étudier les tactiques et stratégies des militaires européens ce qui lui permit  d'obtenir plus tard  de bons résultats sur le terrain. Revenu dans le service actif en 1811, il était déjà un officier expérimenté et surtout très au fait de la chose militaire quand la guerre de 1812 commença.

La guerre de 1812

Lorsque la guerre éclata en juin 1812, Scott fut promu lieutenant colonel dans le deuxième régiment d'artillerie sous les ordres du général George IIzard. Transféré dans la région de Buffalo, le régiment participa à la bataille de Queenston Height. Lors de ce combat, Scott se montra agressif et pugnace mais fut capturé par les britanniques et échangé plus tard. Lors de sa captivité il s'aperçut du sort réservé aux volontaires irlandais, servant dans l'armée américaine, capturés comme lui mais qui étaient considérés comme des traîtres aux yeux des Anglais. Une fois relâché, Scott intervint personnellement auprès du président américain pour signaler cette situation intolérable où des prisonniers de guerre américains d'origine irlandaise risquaient la mort pour haute trahison. Madison ordonna qu'un nombre équivalent de prisonniers anglais soient exécutés si les prisonniers Irlandais étaient pendus par les Anglais. Cette action qui sauva les prisonniers américains donna beaucoup de crédit à Scott aux yeux de la troupe. Scott participa ensuite aux opérations contre fort George en 1813 dont il élabora en partie le plan d'action. Au combat après le débarquement américain, il mena victorieusement ses hommes à la poursuite des défenseurs anglais du fort et s'empara personnellement de son étendard. Après être resté plusieurs semaines dans le secteur de Fort George, Scott fut envoyé avec le reste de l'armée, attaquer la ville de York. Il prit part par la suite à la malheureuse campagne du Saint Laurent dirigée par un général qu'il connaissait bien: James wilkinson. Excédé par le désastre causé en grande partie par l'inaptitude du général américain, Scott partit pour Washington faire son rapport ... à charge. Il impressionna tellement son auditoire qu'il repartit avec une commission de général de brigade. Le 9 mars 1814, Winfield Scott à 28 ans devenait le plus jeune général de l'armée des Etats-Unis.

Sa carrière prit dès lors un tournant car il eut la charge avec le général Jacob Brown de mener la campagne qui  se déroula dans le secteur du Niagara. Arrivé à Buffalo, il prit le commandement de sa brigade composée des 9th, 11th, 22nd et 25th US infantry regiments. Ces unités étaient expérimentées mais affichaient un effectif très réduit et un moral bas. Lors des trois mois suivants, Scott mit en place son programme d'entraînement en se basant sur le règlement militaire français. Pourquoi ce choix ? Au Etats-Unis comme dans beaucoup d'autres nations, l'armée impériale de Napoléon Premier imposait à tous les militaires un profond respect et la crainte devant les victoires écrasantes et nombreuses qu'elle avait remportées depuis  presque 10 ans. En outre le blue book, livret officieux d'instruction militaire américain était déjà en partie réalisé sur un modèle français. Scott n'a fait que mixer le réglement français d'infanterie de 1791 et l'actuel règlement américain pour organiser et entraîner ses hommes. Manquant de tout, la brigade du général qui devint célèbre sous le nom de Scott's brigade, fut habillée avec des vestes grises servant habituellement aux corvées et faisant ressembler les soldats à de vulgaires miliciens. S'appropriant cette tenue, jugée de prime abord dégradante, les hommes de Scott en firent leur uniforme attitré ce qui vaudra à la brigade le surnom de "grey jackets" : les vestes grises. Après des exercices quotidiens et à tous les échelons de la brigade, Scott disposait d'un outil particulièrement performant.

Winfield Scott, le renouveau de l'US Army

Chippawa

L'heure du combat approchait et les forces américaines attaquèrent la rive anglaise de la péninsule du Niagara. Le fort Erié fut promptement capturé puis après un premier accrochage vint la grande bataille rangée, la plus grande depuis Chrysler's Farm en 1813. Près de la crique de Chippawa, le 5 juillet 1814, 1700 tuniques rouges sous les ordres du général Riall attaquèrent les troupes américaines. La brigade de Scott était en première ligne épaulée par des éléménts d'une autre brigade. Les meilleures troupes de sa majesté sur le continent nord américain affrontèrent ce qu'elles croyaient n'être que de la milice au vu de leur tenue grise. Mais la qualité des Américains, la rapidité de mouvement, de leur feu et l'excellence de l'officier qui les menait leur firent subir une défaite sans appel. Sans aucun doute la plus nette de toute la guerre avec la bataille de la Nouvelle-Orléans. Cette victoire de l'infanterie américaine sur son homologue régulière anglaise marqua le commencement de l'armée professionnelle des Etats-unis. Après cette victoire retentissante, le 25 juillet un second combat eut lieu à Lundy'Lane où là encore la brigade de Scott allait se montrer exemplaire. Sous un feu terrible après avoir subi des pertes catastrophiques, les Américains capturèrent les positions ennemies et toute leur artillerie. Mais Scott fut blessé à l'épaule et finalement épuisés, les Américains abandonnèrent le terrain qu'ils avaient conquis laissant les Anglais reprendre ce qu'ils avaient perdu. Indécise cette bataille confirma l'extrême qualité de la brigade de Scott mais ne permit pas aux Américains de poursuivre la campagne. Manquant de soutien logistique les forces du général Brown se replièrent vers le Fort Erié où se joua le dernier et tragique acte de cette campagne. Où là encore une victoire américaine fut sans lendemain devant l'absence de ressources suffisantes pour poursuivre l'offensive. Dans trois grosses batailles les Anglais furent vaincus mais purent rester maîtres de la péninsule.

Quant à Scott, sa conduite héroïque lui valut l'admiration indefectible de ses hommes, la reconnaissance du Congrès et de la toute la nation. Pour lui la guerre était presque terminée, il prit le commandement du 10ème district militaire à Baltimore où il présida la cour martiale qui jugea les actes du général William Winder après la défaite de Bladensburg. Il travailla ensuite à l'élaboration d'un véritable livret d'instruction militaire pour l'US Army mettant à profit son expérience lors de la campagne du Niagara.

(illustration: variante de la bataille de chippawa, Winfield Scott toujours en tête)

La médaille honorifique frappée par décision du Congrès après la conduite brillante du général lors de la campagne du Niagara

La médaille honorifique frappée par décision du Congrès après la conduite brillante du général lors de la campagne du Niagara

La guerre du Mexique et de Sécession

La carrière de Scott continua et l'illustre général connu une fois de plus la gloire dans l'affrontement qui eut lieu entre son pays et le Mexique en 1846 - 1848. Prenant la tête des armées américaines en 1847, il mena la campagne contre la capitale mexicaine. Livrant successivement plusieurs batailles victorieuses, il captura finalement la ville et mit un terme à la guerre par une victoire totale et écrasante. Bien que partageant la gloire avec le général américain Taylor, il en retira le plus de bénéfice mais manqua l'occasion présidentielle.

(voir http://thehallsofmontezuma.over-blog.com/le-g%C3%A9n%C3%A9ral-winfield-scott et http://thehallsofmontezuma.over-blog.com/le-g%C3%A9n%C3%A9ral-zachary-taylor )

Au début de la guerre civile, Scott occupait le poste de général en chef des armées fédérales. A ce titre il planifia le plan d'action contre les forces confédérées en élaborant le plan qui fut surnommé par la suite "anaconda". Ce plan offrait l'avantage de limiter les combats à des opérations de blocus sur les côtes et les fleuves importants pour paralyser et étouffer la rébellion. Virginien, Scott ne souhaitait pas la destruction de sa mère patrie par des armées d'invasion. Bien qu'abandonné son plan fut en réalité appliqué en partie après les différents échecs des attaques frontales menées par des officiers fougueux et incompétents de la trempe de MAcClellan. Malheureusement Scott se heurta aux vues du président Lincoln et d'autres officiers supérieurs quant à l'organisation de l'armée en divisions alors que l'expérience mexicaine de Scott lui dictait de garder un commandement tactique axé sur des brigades. Scott quitta son poste et fut remplacé par MacClellan en novembre 1861. Il vécut assez longtemps pour voir la fin de la guerre et mourut en 1866 à West Point.

Héros militaire, Scott donna son nom à de multiples endroits aux États-Unis, des collines, lacs, comté portent son nom. Il ne lui manqua que la consécration suprême d'être élu président comme d'autres militaires célèbres avant et après lui. Acteur militaire majeur du 19ème siècle aux États-Unis, Scott est l'homme qui a su redonner confiance et qualité à l'Us Army au début de se carrière de général, Il est le vainqueur de la guerre du Mexique après l’éviction du général Taylor, Enfin son plan "anaconda" sera l'une des clefs du succès des forces fédérales durant la guerre de Sécession. Mais durant la guerre de 1812, son nom restera à jamais immortalisé par la petite brigade grise qu'il mena contre les britanniques redoutés et redoutables. Meneur d'hommes, innovateur, tacticien et stratège d'exception Scott mérita amplement le compliment d'un certain Duc de Wellington qui le décrivit après la capture de Mexico comme "le plus grand général vivant de notre temps".

Partager cet article

Published by Olivier Millet - dans portrait
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere