4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 21:27

Niagara

La campagne du Niagara constitue la dernière tentative des américains pour prendre pied sur le territoire du Haut Canada de la guerre de 1812. Elle se joue dans le contexte des négociations de Gand en Belgique qui stagnent car les deux délégations attendent des succès notables de la part de leurs armées respectives pour faire pencher la balance en leur faveur.

La campagne du Niagara était vue comme l'opération de la dernière chance pour les Américains. L'envoi des renforts en provenance d'Europe, que l'abdication de Napoléon permettait, risquait de compromettre gravement les chances de victoire américaine. Mais les négociations entamées en Belgique pouvaient encore tourner à l'avantage des Américains si ces derniers réussissaient à capturer une partie importante du Haut Canada.

Dans cette optique, la péninsule du Niagara fut choisie pour être la cible de l'invasion et notamment le fort George qui commandait son embouchure nord. A cet effet, les Américains sous les ordres du général Brown, allaient minutieusement préparer leurs troupes d'invasion. Pour cette mission il chargea un de ses meilleurs subordonnées : le général Winfield Scott de s'acquitter de cette tache. Après s’être installés près de la ville de Buffalo, Scott fit construire un camp d’entraînement à Flint Hill.
A la mi-avril, dès la fonte des neiges,  commença un des plus durs entraînements que l’armée américaine eut à subir de toute la guerre. Bien que ses soldats soient des vétérans, Scott allait leur faire exécuter pendant des semaines toutes les manœuvres que le manuel préconisait, quotidiennement, afin de les affûter au mieux et ce jusqu’à 10 heures par jour ; les troupes de Scott allaient acquérir une grande discipline tactique et devenir dès lors l'armée la plus efficace que les États-Unis aient jamais connue.
N'ayant pu leur fournir le nouvel uniforme bleu, il leur fit mettre à la place la veste  grise réservée à la vie en cantonnement. Ces uniformes gris allaient devenir le symbole de la brigade du général Scott et une des plus grandes gloires militaires américaines.

L'invasion commença en juillet 1814 avec la capture du fort Érié qui surveillait l'embouchure Sud de la péninsule du Niagara. Lorsque les barques transportant les 3500 hommes de la division ainsi que leur matériel voguèrent vers la rive canadienne, les sentinelles anglaises présentes ne purent que tirer quelques coups de feu avant de partir prévenir le major Buck qui commandait le Fort Crié. Défendu par 137 hommes, le fort livra un combat d’honneur avant de se rendre. L’invasion commençait sous les meilleurs auspices et peu après la capture du fort Érié, le général Brown ordonna au général Winfield Scott, de progresser vers le nord en direction de Queenston. Les unités de la  Brigade de Scott se dirigèrent donc vers le nord le long du fleuve Niagara et se heurtèrent à l'avant-garde ennemie.


Le général anglais Riall avait ordonné au colonel Thomas Pearson d'effectuer une reconnaissance en force de l'avant-garde américaine et le 4 juillet, Anglais et Américains se heurtèrent près de Street's Creek. Les Anglais en sous-nombre firent une charge de cavalerie avec les dragons légers sur un régiment américain qui les repoussa calmement par son feu.Après un bref échange d'artillerie, les Anglais se retirèrent et Scott s'installa pour la nuit non loin de la rivière Chippewa.
Le 5 juillet au matin, les Anglais sous le commandement du général Riall envoyèrent des tirailleurs et des indiens dans les bois pour harceler le camp américain. Le général Brown, excédé par les tirs des troupes légères ennemies, ordonna de les chasser de la forêt. Après un sauvage combat au corps à corps, les troupes anglo-canadiennes se replièrent devant les troupes américaines. Une fois le flanc gauche des Américains sécurisé, Scott put reprendre son mouvement vers le nord. Le général anglais Riall, ignorant tout de l'avancée de Scott, décida d'envoyer ses troupes le long de la berge pour une attaque frontale des troupes américaines. Les réguliers anglais arrivèrent sur le champ de bataille en colonne puis se déployèrent en ligne. Riall, chassant à son tour les tirailleurs américains, se trouva face à face avec la brigade du général Scott dont la couleur des uniformes gris des soldats américains le persuada de n'avoir affaire qu'à de la milice (curieux clin d'œil de l'histoire car les Américains avaient commis le même impair à Crysler’s Farm où ils avaient confondu des troupes régulières anglaises avec de la milice canadienne à cause de leurs manteaux gris). Mais sous le feu de l'artillerie anglaise, la brigade de Scott se déploya comme à la parade et mit ses propres pièces en place. Rapidement, Riall réalisa qu'il avait affaire à des soldats d'une autre trempe que de simples miliciens et selon la légende s'écria « those are regulars by god » (mais ce sont des soldats de métier bon dieu) bien qu’il semble qu’aucun témoin anglais n’ait entendu le général anglais prononcer ces mots.
La bataille de Chippawa ou « Chippewa » commença.


Les 9th, 22th et 25th US regiment se déployèrent en ligne et ouvrirent un feu d'enfer sur les régiments anglais. Ces derniers disposaient du 1st, du 8th et du 100th foot ainsi que de quelques pièces d'artillerie de 24 et 6 livres. Les Anglais se déployèrent également en ligne et subirent le feu précis des canons américains et de l'infanterie de Scott.
Pendant une demi-heure les deux lignes rouge et grise se fusillèrent mutuellement. Les soldats réguliers américains comme les Anglais pouvaient délivrer deux tirs par minute et à ce rythme les Américains se montrèrent plus rapides et plus précis. Le 25th US infantry effectua une manœuvre de débordement sur le flanc gauche et prit toute la ligne anglaise en enfilade. Les canons anglais dépassés par les artilleurs américains étaient moins efficaces et finalement la position devenant intenable pour les Anglais, l'ensemble de leurs lignes fut mis en déroute et les Américains se lancèrent à la charge. Pour la première fois de la guerre des vétérans anglais furent battus par des réguliers américains sur un terrain ouvert. Ils furent surclassés tant par le feu que par la rapidité de manœuvre des troupiers de la brigade de Scott qui montrèrent ce jour-là tous les bienfaits de leur entraînement quotidien effectué dans le camp de Buffalo quelques semaines plus tôt.
Les pertes furent de 330 morts, blessés et disparus pour les Américains et de 550 pour les Anglais.

La victoire tactique indéniable de l'armée américaine ne mettait pas un terme à la campagne. Bien que battue, l'armée anglaise battit en retraite en bon ordre et put se regrouper.
Les troupes américaines étaient en mesure de poursuivre leur progression vers le nord et vers leur objectif, fort George. Les Anglais qui venaient d’être vaincus pour la première fois dans un combat classique par les troupiers américains allaient se montrer moins méprisants lorsqu’ils croiseraient les uniformes gris de la « Scott’s Brigade » et cette nouvelle rencontre n’allait pas tarder à avoir lieu.
Plusieurs jours après la bataille, les Américain reconstruisirent le pont sur la rivière Chippewa et progressèrent vers le Nord. Jacob Brown espérait voir arriver la flottille du lac Ontario qui devait amener des renforts et surtout le matériel lourd dont des canons pour mener à bien le siège de fort George. Pendant presque deux semaines, il attendit un signe de l’amiral Chauncey. Mais ce dernier était plus concerné par le sort de sa flotte et refusa tout net d’aider les troupes à pied américaines, hypothéquant grandement les chances de succès de la campagne. Sans les canons lourds, Brown avait peu de chance de capturer Fort George et il tenta, en s’approchant du fort anglais, de faire sortir la garnison pour livrer un combat classique.
Mais les Anglais ne bougèrent pas, d’autant plus que les renforts en provenance de York arrivaient. Le général Gordon Drummond, arrivé le 25 juillet, prit le commandement des forces britanniques de toute la péninsule et se prépara à contre- attaquer les Américains avec ses renforts fraîchement arrivés.

(carte de l'auteur)

une intérressante vue de la bataille de Chippawa par Jeff Masson, on distingue au premier plan un dragon léger du 19th régiment dans la nouvelle tenue et en arrière plan, la ligne anglaise

une intérressante vue de la bataille de Chippawa par Jeff Masson, on distingue au premier plan un dragon léger du 19th régiment dans la nouvelle tenue et en arrière plan, la ligne anglaise

Partager cet article

Published by SPAD - dans bataille
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere