4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 10:02

  louisiane

La Louisiane fut un territoire occupé successivement par les Français puis les Espagnols et encore les Français. Vendu en 1803 par la France aux Etats-Unis, le territoire de la Louisiane  doubla la superficie des Etats-Unis. Mais l'état actuel de Louisiane n'était en fait qu'une petite partie du territoire cédé par la France et dont la surface s'étendait des bords du Golfe du Mexique jusqu'aux confins du nord-ouest.

La milice de cet état, officiellement intégré aux USA en 1812, existait déjà sous les périodes Franco-Espagnoles et seuls quelques petits changements sur les tenues avaient été opérés jusque là. La cocarde tricolore française fut remplacée par la cocarde noire des USA sur les couvre-chefs des miliciens. Durant la guerre de 1812, la Louisane ne fut que très peu impactée par les combats de par sa situation géographique, mais en 1814, elle devint la cible prioritaire d'un corps expéditionnaire anglais.( voir la campagne de la Nouvelle-Orléans : La campagne de la Nouvelle-Orléans 1814/1815 )

La milice de Louisiane était organisée depuis 1792 par les Espagnols, et la plupart de ses membres avaient reçu l'uniforme blanc des troupes coloniales espagnoles puis en 1800, un uniforme bleu     à col et manches rouges. La période française n'apporta que peu de changement si ce n'est la cocarde tricolore. En 1805 la milice fut en partie réorganisée par les     Américains, les officiers portaient l'habituelle tenue bleu sombre à parements chamois, la couleur des plumets du bicorne indiquant le statut:

deux épaulettes avec étoile d'argent et une plume blanche : brigadier général, une épaulette pleine et une plume verte indiquent un aide de camp du général en chef, bleue pour l'aide de camp d'un général de brigade. un adjudant général portait une plume rouge. 

Les officiers de l'infanterie portaient une tunique bleue surlignée de blanc avec boutons blancs, ceux de l'artillerie avaient la même surlignée de rouge et des boutons jaunes. Tous portaient un bicorne à cocarde noire, écharpe rouge autour de la taille. La veste de chasse fut préférée  pour les hommes car plus commode au vu des températures chaudes de la région. La très forte influence française de cet état allait perdurer longtemps dans les tenues des unités de volontaires et notamment dans la ville de la Nouvelle-Orléans. Le célèbre bataillon ou compagnie du Major Plauché était vêtu d'un uniforme calqué sur celui des grenadiers de la vieille garde impériale de Napoléon Bonaparte, la compagnie d'artillerie de bombardiers canonniers portait quant à elle, l'uniforme des artilleurs à pied de la garde impériale. Les noms des unités de volontaires sonnaient très français, les "carabinier chasseur", les "dragons à pieds" etc etc. Il y eut même une unité de "gendarmerie" de 44 hommes en uniforme bleu qui faisait office de police militaire.

En février 1813, la milice fut réorganisée et comprenait deux divisions  à 20 régiments, la première à 9 régiments  basée sur la région de la Nouvelle-Orléans et la seconde sur  le reste de l'état. 5 unités de cavalerie furent également ajoutées mais leur organisation et leur tenue demeurent inconnues. (on suppose uniforme bleu, surligné de rouge avec boutons jaunes, tarleton     à turban rouge et plumet rouge). Le décret de 1813 stipulait enfin que les capitaines et tous leurs subalternes s'habilleraient de la façon qui conviendrait le mieux à leur commandant en chef sans en préciser la nature. Chaque compagnie de miliciens et de volontaires s'habillerait selon le bon vouloir de leur chef de corps.

En 1814 les unités de volontaires furent regroupées en bataillons, la plupart à 5 compagnies. Des bataillons d'hommes de couleur furent également levés comme celui du "bataillon de couleur de Louisiane" du Major Pierre Lacoste regroupant 382 hommes en 5 compagnies dont une de grenadiers et une de chasseurs, mais leur uniforme est inconnu. Le "bataillon de couleur de St Domingue" du Major Louis Dacquin et totalisant 260 hommes portait probablement l'uniforme colonial espagnol. Mais la plupart des unités de milice ou de volontaires portaient une tenue civile ou une veste de chasse. Il semble que le tissu bleu à damier blanc étant pratiquement le seul disponible dans la ville au moment de l'attaque anglaise, de nombreux miliciens se virent habillés de tenue à ces couleurs. Il est également probable que le vieil uniforme colonial espagnol bleu à parementure rouge ait été utilisé par quelques unités miliciennes.

Lors de la bataille, de nombreux volontaires du Tennessee et du Kentucky, des US Marines, des pirates de Barataria ainsi que les 7th et 44th US regiments furent présent aux côtés des unités locales. Le 7th régiment par sa conduite héritera d'un insigne particulier repésentant une balle de coton, élément qui fut utilisé pour renforcer le mur de défense de la ville.7thINFDUIci-contre l'insigne du 7th US Infantry regiment représentant une balle de coton avec deux baïonnettes croisées. avec la devise "volens et potens" ce qui signifie "volontaire et capable"

La Louisiane fournira dans la milice et dans l'armée régulière 9687 hommes des trois armes pour la guerre de 1812.

  BlackMilitia

 

Ci-contre, lors de l'attaque nocturne du 23 décembre 1814 sur le camp anglais près de la plantation Villeré, les forces américaines principalement composées de miliciens, comptaient dans leurs rangs le bataillon d'hommes de couleur. Sur l'image on peut apercevoir les hommes de cette unité en tenue civile faisant face aux légers du 95th rifle et aux hommes du 85th foot. Le combat coûta deux fois plus de pertes aux Anglais qu'aux Américains mais ces derniers se retirèrent, couverts par les canons du USS Carolina le long du fleuve.

 

L'uniforme: (planche composée à partir d'éléments réalisés par ALexis Cabaret puis modifiés) représentant quelques unités présentes à la bataille de la Nouvelle-Orléans

L'officier de milice porte une tenue proche de celle de ceux de l'US Army avec un bicorne à cocarde noire sans plumet, épaulettes et boutons or, culotte blanche et bottes. La compagnie du Major Plauché est habillée comme les grenadiers de la garde impériale la tenue exacte de cette unité de volontaires est encore mal connue en ce qui concerne les officiers et les sous-officiers.

La plupart des miliciens locaux portaient une veste de chasse bleue ou blanche et bleue qui étaient les seuls tissus disponibles dans la ville.

Les Orléans rifles, compagnie de volontaires sous les ordres du Capitaine Beale, étaient habillés avec un tissu bleu à damier blanc.

la compagnie d'artillerie et de bombardiers canonniers portait elle aussi la tenue de la garde impériale mais sans préciser quel règlement. Aux côtés de ces hommes il y avait 8 autres batteries maniées par des pirates, des volontaires de la Washington artillery, des US Marines.

Le soldat du 7th US Infantry porte le dernier type d'uniforme de l'US Army en coatee bleu sans lacet à l'exception du col, le pantalon blanc est porté dans les guêtres mais pouvait être gris ou porté par-dessus les guêtres noires ou demi-guêtres grises. A côté du 7th régiment se trouvait le 44th qui devait être habillé de même.

Partager cet article

Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere