18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:25

 britartillerie

L'artillerie anglaise fut représentée sur le théâtre nord américain par les membres de la "RFA" ou "Royal Foot Artillery". Les unités d'élite de la Royal Horse  Artillery étaient toutes mobilisées dans la guerre contre Napoléon principalement en Espagne.

 

L'artillerie britannique est particulière dans le sens où elle n'appartient pas à l'armée, elle disposait de ses propres services comme l'intendance ou le service de santé. Le ministre de la guerre comme le commandant en chef n'avaient pas de pouvoir décisionnel sur ses actions. Le grand maître du matériel en était le chef. Dans les faits l'artillerie était heureusement placée sous le commandement du général en chef du théâtre d'opération ce qui facilitait grandement son emploi mais cette excentricité anglaise méritait d'être soulignée. L'académie royale de Woolwich était la maison mère de l'artillerie anglaise et la demeure de son chef.

 

En 1808 la royal artillery totalisait 10 bataillons à 10 compagnies chacun (forte théoriquement de 145 hommes, dans les faits entre 110 et 130). Chaque compagnie ou batterie totalisait 6 pièces, ( généralement 5 pièces de 6 livres et un obusier de 5.5 pouces) 8 wagons à munition, une forge, 3 wagons à bagages et un de roues suplémentaires. Cet ensemble demandant 100 conducteurs du corps of  artillery drivers et 200 chevaux. En plus de la royal horse artilery s'ajoutaient deux troop du rokets corps.

 

Au Canada seuls les membres de la RFA furent présents, les roquettes furent également utilisées, tout comme l'artillerie de la royal navy et sa batterie de roquettes Congrève.

 

Les pièces les plus communes furent les canons de 6 livres mais également les canons de 9 livres et les pièces anciennes de 24 livres, notament à Chippawa, qui dataient de la guerre d'indépendance américaine. Bien que l'artillerie anglaise fut l'une des plus mobiles et des plus modernes du monde, l'utilisation de pièces anciennes et en outre de fort calibre, ralentissait tant la cadence que bien souvent les rares duels d'artillerie entre Américains et Anglais tournèrent à l'avantage des premiers. A Chippawa les membres de l'artillerie américaine qui soutenaient l'attaque de la brigade dev2 x3 s02 ss00 06 Scott tiraient deux fois plus vite que leurs homologues anglais équipés, entre autres de pièces de 24 livres, et surclassèrent aisément ces derniers ( un canon de 6 livres anglais pesait 2624 livres et 2808 pour un canon de 9 livres)

Les obusiers les plus utilisés furent ceux de 5.5 pouces 

 

ci-contre à droite : pièce anglaise de 6 livres, ce fut le canon le plus courant de la guerre ; il était aussi le plus maniable de l'arsenal anglais et plus facilement déplaçable que les autres pièces d'un calibre plus grand et donc plus lourdes.

 

 v2 x3 s02 ss00 09

 

ci-contre à droite : attelage pour canon anglais, la pièce s'attachait via un crochet et était tirée par 4 à 6 chevaux (en temps normal), les artilleurs s'asseyaient sur la partie supérieure de l'attelage, les munitions étaient stockées dans la caisse en bois centrale. Ce système très mobile donnait une grande souplesse d'emploi aux artilleurs anglais par rapport au système plus classique de l'attelage à  pivot central comme le système gribeauval des Français, copié par les Américains. En outre les roues de l'attelage étaient interchangeables avec celles de l'affut du canon donnant encore plus de flexibilité à l'ensemble notamment pour réparer les dégâts subis par des tirs ennemis.

 

 

 

 

 

 

En 1812 étaient stationnées au Canada 9 compagnies de la RFA W. Payne's Company, 2nd Battalion RA Newfoundland

B. Fenwick's Company,  2nd Battalion, RA Maritimes

P. Wallace's Company 4th Battalion, RA Canada

J. Caddy's Company, 4th Battalion, RA Canada

J. Sinclair's Company, 4th Battalion, RA Canada

W. Holcroft's Company, 4th Battalion, RA Canada

H. Phillott's Company, 5th Battalion RA Maritimes

G. Crawford's Company, 6th Battalion,  RA Maritimes

J. St. Clair's Company,  7th Battalion, RA Maritimes  

 

En 1814 les renforts d'Europe amenèrent 6 compagnies de plus :

 

H. Farrington's  Company, 1st Battalion, RA Maritimes d'Irlande

S. Maxwell's Company,  4th Battalion, RA Canada (vétéran de la guerre de Péninsule)

H. Trelawney's Company,  5th Battalion, RA Canada (vétéran de la guerre de Péninsule)

G. Turner's Company,  9th Battalion, RA Canada (vétéran de la guerre de Péninsule)

J. Maclachan's Company,  10th Battalion, RA Canada

J. Addams' Company,  10th Battalion, RA Canada

 

A Lundy'Lane les Anglais alignèrent 2 canons de 24 livres et 7 de 6 livres, à la Nouvelle-Orléans ils alignèrent 22 canons et obtinrent la supériorité numérique en artillerie mais furent battus au feu par les canons américains mieux placés et mieux protégés.  

Comme les Américains, les Anglais ne répugnèrent pas à employer les artilleurs comme soldats d'infanterie, ainsi lors de l'attaque du Fort Niagara en décembre 1813 des artiileurs anglais regroupés en section de combat d'infanterie participèrent à l'attaque nocturne qui vit la chute du fort.

 

L'uniforme : il est taillé sur le même modèle que celui de l'infanterie mais le bleu foncé remplace le rouge, le shako est le modèle "stove pipe" à plumet blanc, qui sera remplacé par le "belgic shako" en 1814. Toutes les unités qui arrivèrent en renfort en 1814 étaient déjà équipées du "belgic shako". L'uniforme est attaché par une rangée centrale de boutons jaunes avec de chaque côté des boutons des lacets en forme de bastions jaunes que l'on retrouve sur les manches. Les artilleurs portent des pattes d'épaules rouges surlignées de jaune avec des renforts en laine jaune au bout. Les pantalons étaient blancs, gris ou bleu gris quand les premiers venaient à manquer. Les officiers portaient ou le shako ou le bicorne ainsi que les épaulettes dont le nombre et le placement indiquaient le grade pour les officiers subalternes. Les sous-officiers comme les officiers portaient l'écharpe rouge autour de la taille. Tous les artilleurs portent l'épée droite (seule arme de défense au corps à corps).

 

Les compagnies utilisées comme infanterie avaient droit au fusil en dotation dans l'artillerie anglaise le "Brown Bess indian pattern" raccourci comme les troupes légères anglaises. 2006Cryslers82  

 

 

 

 

ci-contre à droite : artilleur anglais dans la tenue 1812/1813 avec le shako "stove pipe" à plumet blanc, l'uniforme est bleu foncé à parements rouges (col et manches), les lacets en bastions jaunes sont bien visibles, comme dans l'infanterie notre reconstituteur porte des renforts en laine sur les épaules mais de couleur jaune. Le pantalon est blanc mais le plus souvent sera gris. La tenue des artilleurs anglais est très semblable à celle des artilleurs américains en début de guerre, un syndrome très répandu dans la guerre de 1812 fut l'apparence des combattants parfois très similaire (augmentant le risque de tir fratricide).

Partager cet article

Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere