10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:06

J'ai déjà traité de l'artillerie et de son organisation ici L'artillerie américaine de la guerre de 1812

ici L'artillerie américaine dans la guerre de 1812

Maintenant une présentation plus détaillée du matériel de l'artillerie américaine c'est-à-dire les canons bien sûr mais aussi les attelages, les caissons à munitions, les wagons, avant-trains et autres formes de transports utilisées par l'artillerie US durant la guerre de 1812.

Le système américain d'artillerie est basé sur le système français Gribeauval depuis que la guerre d'indépendance avait permis son déploiement sur le sol des Etats-Unis. L'efficacité dont ce système avait fait preuve était de loin supérieure à tout ce qui existait alors.  La standardisation était le maître-mot de ce système, chaque roue pouvait servir à remplacer une autre, les avant-trains pouvaient tracter aussi bien des canons que des wagons, tout une déclinaison de matériels d'artillerie pouvaient dès lors être compatible entre eux et les normes de fabrication s'en trouvaient également simplifiées. Les canons furent également dotés d'une vis de réglage, d'un cran de visée sur le bourrelet du canon (bout du fût) permettant un tir plus précis et surtout une facilité d'ajuster le tir après le premier coup. La diminution de l'espace âme du tube/ boulet que l'on nomme le vent, va augmenter la précision des pièces tout en diminuant la longueur du canon en lui-même. Ce faisant les pièces gagnent  de la précision et perdent du poids. Le canon de 6 livres est plus précis et a une portée pratique plus longue que celle du canon anglais dus ystème Blomfield, 730 m contre 550m.

Il est sûr que les Américains ont utilisé des pièces d'origine française et anglaise datant de la guerre d'indépendance mais qu'ils ont aussi produit leur propre matériel en copiant plus ou moins ce qui existait alors.

La France, pays de l'artillerie par excellence et ancien allié, inspira également le manuel d'entraînement de l'artillerie américaine, comme ce sera le cas pour l'infanterie.

    USartillerycariage

  On ignore avec précision quel type d'avant-train fut utilisé, l'ancien modèle français ou une version américaine copiée sur le système Gribeauval. Les roues utilisées pour l'artillerie américaine sont différentes de celles fixées sur les canons français, on estimait nécessaire d'utiliser des modèles plus résistants que ceux employés en Europe, la plupart des roues américaines sont renforcées le long de la bande de roulement donnant une impression de roue cloutée vue de l'exterieur.

hs17

 

ci-contre : on voit bien les roues renforcées sur leur bande de roulement, le climat et le terrain américain rendait apparemment plus fragile les roues classiques utilisées par les Européens.

On admirera le bleu ciel de la peinture de la pièce.

 

 

 

 

 

 

Les canons et matériel présentés dans les planches sont tous issus du systéme français Gribeauval, mais il se peut qu'il fussent fabriqués localement par le "ordnance department" de manière différente.

La light artillery a construit et utilisé des"Wurst" pour le déplacement de ses batteries c'est-à-dire que les caissons et avant-trains étaient équipés pour recevoir des artilleurs assis à califourchon dessus.

Les matériels américains étaient ordinairement peints en bleu léger ou en "vert français" c'est-à-dire un mélange d'ocre et de noir donnant plus une couleur jaune terne que verte.

 

Les caissons : les Américains ne possédaient pas d'avant-train à caisson comme les Anglais ; ils ne pouvaient compter que sur le petit caisson fixé au canon lui-même et au gros caisson à deux ou quatre roues pour l'approvisionement en munitions. Chaque canon de 6 livres emportait 18 coups afin de pouvoir commencer à tirer tout de suiste sans attendre son caisson principal, chaque canon de 6 livres ou moins possédait un gros caisson qui était placé à une cinquantaine de mètres derrière le canon en position de tir. Le petit caisson fixé sur le canon, était lui décroché et placé en retrait de la pièce à une vingtaine de mètres du canon pour préserver les artilleurs en cas de coup direct dans le caisson à munitions.

Chaque gros caisson de 6 livres emportait 92 coups dont 30 boîtes à mitraille et 62 boulets pleins. Les pièces de plus gros calibres avaient besoin de plus de caissons puisque les munitions plus importantes prenaient plus de place dans les rangements du caisson. Chaque gros caisson était tiré par quatre chevaux, mais si nécessaire, on pouvait en rajouter deux de plus.

 

Chaque batterie ou grande unité d'artillerie emportait une forge de campagne afin de pouvoir changer les fers des chevaux de traitss qui sans cela seraient incapables de tirer les énormes charges. Elle était équipée de deux coffres pour les outils, le fer, et le charbon, le foyer était activé par un grand souflet actionné par un levier.

 

    USARTILLERY2

planches de l'auteur.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere