3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 10:44

corsaire lynx

Ci-dessus le corsaire "USS LYNX"

Durant les guerres napoléoniennes et celle de 1812, les corsaires furent extrêmement actifs et combattirent sous tous les drapeaux pour la fortune de leur nation et la leur...

 

Tout capitaine peut recruter et affréter un navire pour devenir corsaire et participer à la guerre de course dès le moment où il possède une lettre de marque. La lettre de marque est un document     émis par le souverain ou le gouvernement d'une nation qui autorise le capitaine à attaquer tout navi4-560x448re battant pavillon ennemi, de s'emparer de sa cargaison et de son équipage ainsi que du navire ; mais en échange il devait déclarer ses prises. Certains corsaires sont devenus riches par le biais de ce système mais beaucoup finirent dans les prisons de leurs ennemis. Le statut de corsaire leur accordait de bénéficier du statut de prisonnier de guerre en cas de capture. Certains navires corsaires étaient officiellement admis dans la marine de guerre américaine le temps de la guerre.

 

ci-contre un corsaire de Baltimore

 

 

Il est à noter que les Etats-Unis ne sont pas signataires de la déclaration de Paris qui abolit la guerre de course et sont donc théoriquement capables de délivrer des lettres de marque à toutes personnes privées ou compagnies respectant les conditions de délivrance.

 

 

Durant la guerre de 1812 les corsaires américains obtinrent de beaux succès et on estime à environ 1300 le nombre de leurs prises. Le navire du Capitaine James de Wolfe, Le Yankee, fut certainement le navire corsaire le plus efficace de la guerre de 1812. Mais 200 navires corsaires américains furent détruits ou capturés par les Britanniques. Ces navires capturés furent la plupart du temps retournés contre les Américains. La plus célèbre de ces actions anti-corsaires fut la bataille de Fayal le 26 septembre 1814. Durant cette attaque l'équipage américain largement en sous-nombre infligea des pertes énormes aux Anglais puis après avoir sabordé leur navire se réfugièrent à terre protégés par les lois portugaises. Cette action retarda la mise en place de la force expéditionnaire anglaise en Louisiane et donna du temps à Jackson pour se défendre. Bien que le navire corsaire fût coulé, elle est fêtée comme une grande et héroïque action pour les Américains. Au final, la guerre de course des Américains se heurta au système des convois, mis en place contre la flotte de Napoléon, permit aux Anglais de protéger efficacement leurs navires et en dépit du grand nombre de prises, la guerre de course des "privateers" américains fut un échec. the american privateer general armstrong capt- sam- c- reid

 

ci-contre la bataille de Fayal, les Anglais détruisirent le corsaire General Armstrong mais au prix de 200 hommes et d'un temps précieux.

 

 

 

 

 

Le USS Lynx était un Clipper de 6 canons lancé en 1814 à Baltimore. Ce type de bâtiment rapide était parfait pour mener la guerre de course contre les navires marchands isolés tout en étant capable d'échapper aux navires de guerre anglais qui bloquaient la côte américaine. Long de 24 m et déplaçant 150 tonnes, son équipage totalisait une cinquantaine de marins.

Le bâtiment ne fut officiellement admis en service actif qu'en 1815 soit trop tard pour participer à la guerre de 1812, mais il se distingua lors des combats contre les Barbaresques, puis contre les pirates dans le golfe du Mexique. Le navire disparut en mer en 1820 sans laisser de trace malgré les recherches.

Repost 0
Published by SPAD - dans bataille
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 13:36

 

85th

En plus de la compagnie légère que l'on trouvait dans chaque bataillon d'infanterie de ligne anglais, il existait dans l'armée anglaise des régiments d'infanterie légère dont toutes les compagnies étaient des soldats d'infanterie légère. Avant 1808, il n'existait que deux régiments d'infanterie légère, le 43rd foot et le 52nd foot ainsi que la compagnie expérimentale de fusilier qui deviendrait par la suite le 95th rifle ; les compagnies légères des régiments de ligne suffisaient amplement. Mais devant les nouvelles tactiques d'infanterie légère imposées par les Français, il fut décidé de renforcer l'effectif de l'infanterie légère en créant des régiments composés uniquement de soldats légers.

Les 51st, 68th, 71st et le 85th regiment of foot furent ainsi convertis. D'un point de vue tactique, l'infanterie légère se déployait en avant et sur les flancs d'une brigade ou d'une division afin d'éclairer et de protéger ses côtés vulnérables. La plupart du temps, étant considérés comme des régiments d'élite, ils servaient de troupes de choc ou combattaient en ordre linéaire dans la même disposition que les troupes de ligne.

Lors de la guerre de 1812 deux régiments légers furent envoyés en Amérique : les 43rd et 85th foot.

 

Le 43rd régiment of foot  "Monmouthshire" possédait une grande expérience de la guerre en Amérique ; il y fut déployé plusieurs fois. Il fut présent lors de la guerre contre la france au Canada s'illustrant notamment à la bataille pour Québec. Lors de la guerre d'indépendance américaine il fut renvoyé en Amérique et prit part au dur combat de Bunker Hill et de Lexington contre les insurgés américains.

Il fut envoyé aux Caraïbes pour lutter contre les Français avant d'être expédié en Espagne. Sur place il fut amalgamé avec d'autres unités légères dans la fameuse "light Brigade" dirigée par le général Crawfurd au côté du 52nd light et dui 95th rifle regiment. Le second bataillon du régiment fut quant à lui envoyé en Hollande en 1809 dans la malheureuse expédition de Walcheren où il souffrit de la maladie et perdant du même coup toute capacité opérationnelle.

Ayant accumulé une très grande expérience en Espagne dans sa lutte contre les Français, il fut déployé en Amérique du Nord pour la troisième fois mais exclusivement pour la campagne en Louisiane, il fut présent en Amérique de janvier à avril 1815. Ce régiment ne participa qu'à la bataille de la Nouvelle-Orléans où il subit des pertes sensibles.

 

Le 85th Foot (Bucks Volunteers) fut levé en 1793 ; il connut l'action en Hollande en 1799 en tant que régiment de ligne. Il fut envoyé aux Caraïbes par la suite avant d'être transformé en régiment d'infanterie légère. Il fut expédié en Espagne dans l'armée du Duc de Wellington et combattit dans quelques-uns des combats les plus durs de la campagne de la Péninsule à Fuentes de Onoros et au siège de Badajoz. A la fin de la guerre en Europe il fut intégré au corps expéditionnaire qui devait attaquer les côtes américaines de la baie de la Chesapeake. Il fut présent en Amérique du Nord de août 1814 à mars 1815. Le régiment participa à la bataille de Bladensburg, à la prise de Washington et à la campagne de la Nouvelle-Orléans ainsi qu'à l'assaut sur le fort Bowyer.

 

 

L'uniforme :
Il était à peu de chose près identique à celui de l'infanterie de ligne, mais pour les différencier des soldats de ligne ordinaire, les légers furent équipés du shako de la légère avec un cor de chasse au lieu d'une plaque et d'un plumet vert. La tunique restait la même mais se voyait ornée de wings pour toutes les compagnies ; d'ailleurs les compagnies de flanc disparaissaient puisque le régiment était déjà considéré comme un régiment d'élite. Les baudriers, sacs, musettes et gourdes étaient identiques. Le fusil était le « Brown Bess » modèle New Land pattern plus court et au canon bruni. Les musiciens étaient normalement des « Buglers » ou « cornets » mais les tambours subsistaient encore. Le 71th qui était un régiment écossais possédait même des joueurs de cornemuse. Les sous-officiers gardaient les mêmes attributs que dans la ligne à l'exception des wings et du shako, la pique était parfois remplacée par un mousquet plus pratique. Les sergents-majors et les officiers portaient une tunique écarlate, les officiers étaient armés du sabre courbe de l'infanterie légère. Les grades des sous-officiers étaient portés sur les deux bras.

 

Le 43rd:

la distinctive du régiment est le blanc, les boutons sont argent pour les officiers comme les attributs d'épaule, les officiers de ce régiment aimaient à porter des pelisses rouges et grises dans la plus pure tradition de l'infanterie légère britannique.

Les hommes de troupes portaient la tunique rouge avec lacets blancs rangés par paires, les pantalons gris et le shako stove pipe avec cor de chasse. Les officiers subalternes portaient le shako, le pantalon gris avec renfort de cuir, les officiers supérieurs portaient le bicorne et le pantalon-culotte blanc avec des bottes en cuir noires. Les hommes étaient armés du Brown bess de l'infanterie légère.

1803 brtiish infantry sword

 

ci-contre officier et soldat de l'infanterie légère anglaise (ici le 52nd light). L'officier est armé d'un sabre à lame courbe typique des régiments légers, il porte le shako stove pipe à plumet vert et cor de chasse en plaque frontale, ses camarades de l'infanterie de ligne portaient quant à eux le bicorne jusqu'en 1811 puis le shako belge.

Le soldat porte également un shako stove pipe à plumet vert et cor de chasse, il porte également le pantalon gris et les nids d'hirondelle ou "Wings" sur les épaules, marque de son statut d'élite, un soldat des compagnies légères d'un régiment de ligne porterait un shako avec une plaque frontale et non un cor de chasse, après 1812 il aurait le shako belge et non plus le stove pipe. Les régiments légers prirent l'habitude de conserver le stove pipe par tradition et ce tout le long des guerres napoléoniennes.

 

 

Le 85th :

La distinctive du régiment est le jaune, les officiers portaient les boutons or ainsi que les épaulettes, les hommes portaient les lacets par paires. Les musiciens semblent avoir porté la tenue rouge du nouveau règlement mais l'ancienne tunique jaune pourrait également avoir été portée par tradition. Les pantalons étaient gris, le shako était un stove pipe avec cor de chasse, le numéro 85 enchassé dedans. Les officiers dans la grande tenue continuaient de porter la culotte en peau blanche avec bottes courtes et le bicorne pour les officiers supérieurs. Les hommes étaient armés du Brown bess de l'infanterie légère.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 09:17

oneida2

L'USS Oneida était un Brick jaugeant 240 tonnes, il fut construit par le chantier naval d'Oswego ( New-York) et lancé en 1809. Il était armé de 16 caronades de 24 livres, un armement puissant mais de courte portée. Bien que d'un tonnage élevé son tirant d'eau fut copié sur les plus petites unités afin de lui permettre d'entrer dans les rivières sans risque d'échouage.

 

Il opéra principalement sur le Lac Ontario depuis le port de Sacket's Harbor dans l'état de New-York.

En juilet 1812 il fut impliqué dans le premier combat de Sacket's Harbor, où une partie de ses canons furent assemblés en une batterie côtière, l'autre partie étant conservée à bord. Après une canonnade de deux heures la flottille britannique qui venait attaquer le port américain leva l'ancre et repartit à Kingston.

 

Le 8 novembre, l'USS Oneida intercepta un convoi en partance pour Kingston, il s'attaqua au Sloop HMS Royal George de 24 canons. Durant deux jours la chasse fit quelques victimes de chaque côté mais aucun des deux navires ne fut perdu, quoique le navire anglais ait subi des dommages certains.

1812-4-45-USS-Oneida-Off-Sackets-Harbor-Peter-Rindlisbacher

Ci-contre à droite l'USS Oneida accompagné de plus petites unités à Sacket's Harbor son port d'attache

 

 

 

 

 

 

 

En avril 1813, l'USS Oneida participa au débarquement des troupes américaines à York. Il participa a deux opérations :

la première le 27 avril 1813 lors de la grande attaque sur la capitale du Haut Canada et la seconde le 27 juillet,  libérant des prisonniers et s'emparant de fournitures ennemies.

Il fut envoyé ensuite vers la rivière Niagara au sud afin de bloquer le passage aux navires britanniques qui remontaient du lac Erié ou qui étaient à l'ancre. Le reste de la flottille américaine bloquant le port de Kingston donnant ainsi l'avantage aux Américains à la fin de l'année 1813.

Il retourna en 1814 à Sacket 's Harbor où il passa le reste de la guerre. Il fut vendu en 1815 puis acheté de nouveau par la marine avant d'être définitivement vendu aux civils en 1825. Il servit un temps de tranport de bois jusqu'en 1830 avant son démantèlement.

Un canon est encore visible de nos jours au mémorial de CLayton et une de ses ancres à la Marine de French Creek Bay.

Repost 0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 17:39

eagle

Le USS Eagle était un brick de 20 canons, lancé le 11 août 1814 il fut d'abord appelé le Surprise avant de devenir le USS Eagle le 6 septembre.

Jaugeant 500 tonnes il accueillait un équipage de 150 hommes.

Il rejoignit la flottille du lac Champlain juste à temps pour participer à la bataille navale du lac Champlain le 11 septembre 1814.

Durant la bataille du 11 septembre, il affronta les HMS Confiance, Linnet et Chubb et subit une perte de 33 morts et blessés. Sa coque reçut 39 impacts.

Il est intéressant de noter que durant ce combat un autre navire, le HMS Finch, était un sloop capturé par les Anglais en 1813 et qui portait à l'époque le nom de ...USS Eagle. Le Finch s'échoua sur une île pendant la bataille et dut se rendre après avoir subi le feu d'une batterie côtière. Ainsi deux navires portant le même nom se sont affrontés durant la même bataille.

Le USS Eagle, après la bataille fut conservé quelque temps puis finalement vendu en 1825.

Repost 0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 17:21

linnet2

Le HMS Linnet était un brick construit en 1814 à l'île aux noix afin de servir sur le lac Champlain. Il eut une carrière courte dans la marine provinciale puisqu'il fut capturé par les Américains le 11 septembre 1814 lors de la bataille navale de Plattsburgh.

 

Lancé en avril 1814, il jaugeait 350 tonnes, il était armé de 16 canons de 12 livres, il mesurait 25m de long.

linnet reconstruction

 

 

 

 

 

 

Son principal engagement eut lieu le 11 septembre durant la bataille de Plattsburgh ou lac Champlain durant laquelle il affronta avec le reste de la flotte du capitaine George Downie la flotte américaine commandée par le commodore Thomas Macdonought.

 

  A cette occasion il affronta bord à bord le brick américain Eagle de 18 canons et le malmena jusqu'à ce que le USS Saratoga arrive à la rescouse du navire américain. Le USS Saratoga et ses 26 canons dont des caronades de 32 et 42 livres ravagea le pont du Linnet. Ce dernier incapable de répondre à cette puissance de feu supérieure amena ses couleurs et se rendit tout en déplorant la perte de 10 hommes tués et 15 blessés.

 

Le HMS Linnet fut réparé par les Américains et devint le USS Linnet. A la fin de la guerre il fut placé en service inactif et vendu en 1825.

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 18:47
OHIO
L'Ohio est un état depuis 1803, mais sa loi sur la milice date  de 1788 avec un rectificatif en 1809 et 1813. Elle précise que tous les hommes valides de 16 à 50 ans devaient être capables de fournir leur arme et de se préparer aux exercices militaires déterminés par leurs commandants locaux. L'état était divisé en 4 divisions distinctes, chacune avec un major général à sa tête. Une cinquième fut créée en 1813. Chaque division comportait 4 ou 5 brigades elles-mêmes divisées en régiments ou compagnies indépendantes. En 1812 la milice de l'Ohio comportait théoriquement 4 divisions, 17 brigades et 48 régiments. Soit 449 compagnies d'infanterie, 49 de rifles, 23 de cavaliers, 10 d'infanterie légère et 2 d'artillerie avec chacune un canon de 4 livres.
 
Chaque compagnie devait comporter en théorie 3 officiers et 64 hommes du rang (musiciens et sous-officiers compris). Les officiers étaient élus par les hommes de chaque compagnie. Le franchissement des frontières de l'état était également soumis au vote, le combat de la milice en dehors des frontières de son état d'appartenance était un problème récurrent chez les Américains.
 
Manquant de moyens et surtout d'armes, le gouvernement autorisa le prêt de 7000 armes pour la milice de l'Ohio, 5000 de plus furent envoyées en 1812. Le manque de moyens, de fournitures et d'armes fut une constante dans la milice de l'Ohio. Le manque de discipline et d'entraînement en furent d'autres. On estime à 18000 le nombre d'habitants de l'Ohio qui servirent sous les drapeaux durant la guerre de 1812
 
L'état de l'Ohio fut fortement impliqué durant la guerre de 1812 : de nombreux combats se sont déroulés sur son sol et sa milice, ainsi que ses volontaires, ont participé à la guerre le long de la frontière.
 

La première grande participation des soldats de l'Ohio fut la campagne malheureuse de Detroit qui vit la défaite de l'armée américaine du général Hull et la capitulation du fort Detroit. Les miliciens participèrent aux combats de Brownstown et de Monguagon qui précédèrent la chute du fort. La bataille du lac Erié qui se déroula sur ses rives vit la victoire américaine la plus importante de l'année 1813. Les sièges des forts Stephenson et Meigs se déroulèrent également sur son sol et virent la participation des miliciens locaux. La popualtion soumise aux attaques des guerriers indiens était favorable à la guerre pensant que le conflit apporterait une solution à leur problème avec les indiens. Après la bataille de La Thames, la milice de l'Ohio fut de plus en plus cantonnée à des rôles de surveillance des forts et ne devait plus intervenir de manière décisive dans la suite du conflit.


Les uniformes:

Les officiers généraux portaient l'habituelle tenue bleue à parementure chamois. La plupart des miliciens portaient une tenue civile (veste de chasse le plus souvent). Durant la campagne de Detroit en 1812 des témoins affirment avoir vu les miliciens de l'Ohio en uniforme pré 1812 avec un round hat.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 19:31

arméeanglaise1812

Une planche récapitulative des différents régiments ayant participé à la guerre de 1812.

 

Certains régiments étaient présents depuis relativement longtemps sur le sol canadien, d'autres ne sont arrivés que très tardivement. La plupart du temps le grand renfort de 1814 vit un afflux massif de régiments anglais représentés le plus souvent par un seul bataillon. La planche donne le numéro, le nom et les années de présence au Canada ou en Amérique du nord.

 

Les soldats sont représentés dans la tenue des compagnies du centre. Certains dans la tenue post 1812 et d'autres avec l'uniforme plus ancien avec lequel ils ont combattu au début du conflit.

 

Les régiments ayant la couleur chamois en guise de couleur distinctive devaient porter des baudriers couleur chamois et ce d'après le règlement de 1768. Rien n'est sûr quant à la pérennité de cette mesure en 1812. La standardisation de la tenue étant de rigueur il est probable que la plupart de ces régiments aient adopté le baudrier en cuir blanchi.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 19:00

RHODE ISLAND

L'état de Rhode Island, comme la plupart des états de Nouvelle-Angleterre, était farouchement opposé à la guerre contre l'Angleterre, son principal partenaire commercial. Le gouverneur du Rhode Island refusa d'envoyer sa milice pour appuyer les opérations militaires contre le Canada. Mais de nombreux habitants de l'état participèrent aux combats sous l'uniforme de l'armée régulière.

 

Le plus célèbre d'entre eux fut sans conteste le Commodore Oliver Hazard Perry qui remporta la bataille du Lac Érié en 1813. La milice de Rhode Island était organisée en divisions commandées chacune par un Major général. La division était constituée de 4 brigades, celles des comtés de Washington, Providence, Bristol et du Kent. Chaque brigade était commandée par un brigadier général. A cette organisation s'ajoutaient 30 unités indépendantes, des compagnies mobilisées pour assurer le service de garnison des forts côtiers. Les villes de Portsmouth, Charlestown, Westerly, Tiverton, Middletown possédaient des compagnies d'artillerie, de rifles ou de sea Fencible.



L'uniforme:
On connaît peu de choses sur les tenues portées par les compagnies indépendantes, les "Cranston Blues" et "Federal Blues" de Bristol devaient porter une tenue bleue sans plus de détail. La compagnie d'artillerie de Newport portait une veste bleu foncé avec col et manches rouges et vraisemblablement des revers de poitrine rouges. Des boutons en cuivre, un gilet et un pantalon blanc, un bicorne avec une plume noire. Des lacets jaunes ou or rehaussaient le col et les manches.


La garde de Kentish, unité d'artillerie de Newport, portait un chapeau "round hat" avec plumet noir à pointe rouge, veste et pantalon bleus, col et manche rouges, revers blancs, double rangée de boutons, ceinture rouge, rayure rouge sur les pantalons, botte avec surlignage rouge, gourde rouge.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 18:05

DColumbia

Le District Of Columbia fut créé par la constitution des Etats-Unis autour de sa nouvelle capitale Washington. Son implication dans la guerre de 1812 fut marquée par le combat pour la capitale américaine et sa capture, en 1814, par l'expédition britannique du général Ross.

La ville de Washington fut l'objectif d'une attaque de grande envergure dont le but était de démoraliser les Américains et de les forcer à cesser le combat. Bien que vainqueurs sur le terrain, les Anglais obtinrent un  résultat inverse de celui escompté car il dopa  le moral de la nation américaine pour sa défense. Les états du nord-est oublièrent leur élan sécessionniste et se préparèrent sérieusement à la défense de leur sol.

La milice de Washington fut écrasée ainsi que celle du Maryland lors de la bataille de Bladensburg en 1814.  La milice de ce district est organisée depuis 1803 en  légions de milice, une à Washington et une deuxième à Alexandrie.  L'uniforme fut décrit dans la loi d'octobre 1812. Cette dernière précisait que les officiers devaient porter une tunique bleu marine, boutons et épaulettes argent, col et manches rouges parfois rehaussés de bleu, pantalon blanc et grandes bottes. Les colonels affichaient un plumet bleu à pointe rouge, les majors un rouge à pointe bleue, les capitaines un rouge à pointe noire et des bottes courtes. Les capitaines portaient une épaulette argent à droite avec une patte d'épaule à gauche, les lieutenants une épaulette à gauche et une patte d’épaule à droite, les sous-lieutenants une épaulette à gauche.

 

L'uniforme des soldats de l'infanterie était un chapeau «  round hat »  avec le côté gauche relevé et recouvert d'une crinière en peau d'ours. Une veste bleue avec un gilet et un pantalon blancs. L'uniforme des cavaliers et artilleurs n'est pas connu et devait être en adéquation avec le règlement fédéral en vigueur. On connaît un peu mieux certaines unités comme la tenue des dragons d'Alexandrie : veste noire avec laçage jaune et un chapeau noir . En 1813 la milice du District fut  organisée en une seule division à deux brigades chacune forte de 2 régiments. Cette milice fut principalement impliquée dans la campagne de Bladensburg. Les cavaliers d'Alexandrie furent même affectés au harcèlement des forces britanniques lorsque ces dernières firent retraite après la campagne de Washington/ Baltimore.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 12:05

caroline du SUD

 

Premier à déclarer son indépendance vis-à-vis de l'Angleterre, l'état de Caroline du Sud n'’eut pas à souffrir d'attaques de la Royal Navy sur ses côtes. A l'exception de raids sur des plantations de quelques îles attenantes aux côtes de Caroline du Sud, l'état n'’eut pas à souffrir de raids sur son sol. Le blocus anglais, néanmoins, se faisait sentir notamment au large de Sainte Hélène. Le conflit fut tout de même l'occasion pour les Caroliniens du Sud de renforcer leurs défenses côtières. La milice de Caroline du sud est organisée en deux divisions commandées par un major général, et affiche un total de 9 brigades avec 39 régiments d'infanterie, 8 régiments de cavalerie et un régiment d'artillerie. Des petits détachements d'artillerie étaient parfois accolés aux régiments d'infanterie. Tous les hommes de 18 à 45 ans étaient concernés par le recrutement de la milice ainsi que les hommes de couleur affranchis et libres ; mais ces derniers étaient cantonnés au poste de sapeurs. L'effectif théorique total de la milice atteignait les 40000 hommes disponibles.


L'uniforme:


L'uniforme de la milice était décrit dans la loi de 1794, les officiers généraux portaient une tunique longue de couleur bleu foncé avec une couleur distinctive et gilet chamois, boutons jaunes, épaulettes or et bicorne. Les officiers d'armes portaient une tenue identique mais avec des couleurs distinctives déterminées par leur général en chef. Les hommes de troupe des trois armes portaient une tenue déterminée par le choix de leur général de brigade. En 1814, une brigade de deux régiments d'infanterie portait une tenue entièrement bleue conforme à celle de l'US Army, mais les sous-officiers et les hommes du rang étaient coiffés d'un chapeau mou au lieu d'un shako. En 1815, l'uniforme des miliciens était calqué sur celui de l'US Army.


On connaît peu les tenues des volontaires ; les dragons légers de Charleston portaient une tunique bleue à col et manches rouges, boutons jaunes, sur-culotte blanche, épaulette or et Tarleton. L'artillerie de Charleston portait quant à elle un uniforme bleu long à col et manches rouges et chapeau de bras à plumet rouge.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere