21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 18:42
La Royal Navy et la marine provinciale dans la guerre de 1812

La guerre de 1812 a vu nombre d'affrontements à terre au Canada et aux Etats-Unis mais également sur les mers et océans ainsi que sur les grands lacs, véritables mers intérieures.

A cette occasion la petite marine américaine, l'US Navy, qui n'alignait que 6 frégates en guise de navires de ligne, avait réussi à infliger des pertes légères mais moralement importantes à la marine de guerre anglaise.

La guerre navale de 1812 ressemblait à la lutte de David et Goliath : d'un côté une petite dizaine de navires affrontèrent la plus puissante marine de guerre du monde qui possédait 1014 navires dont 138 vaisseaux de ligne. Bien entendu la Royal Navy était d'abord occupée à lutter contre la marine de guerre française et à maintenir un blocus des côtes européennes mais la guerre de 1812 s'éternisant ce ne sont pas moins de 135 navires qui allaient être mis à disposition pour faire la guerre aux Etats-Unis.

Il faut rappeler en outre que la Royal Navy et sa politique de harcèlement des bateaux neutres pour trouver des déserteurs est à l'origine du conflit de 1812.

La ROYAL NAVY :

Si durant les guerres napoléoniennes l'armée de Napoléon représentait la référence ultime pour le combat terrestre, le référent naval était bien évidemment la marine de guerre anglaise. En 4 batailles au Cap St Vincent, Aboukir, Trafalgar et Copenhague, la marine anglaise domina les mers et océans du globe pour longtemps. L'investissement énorme que représentait le maintien d'une telle flotte porta ses fruits puisque l'effondrement de la France et l'affaiblissement économique des Etats-Unis sont dus en grande partie à ces actions de blocus.

Incapables de rivaliser avec les escadres anglaises, les Américains ne purent que tenter leur chance dans des duels singuliers où leurs frégates de 44 canons prirent le dessus sur les frégates anglaises de 38 canons. Mais le blocus aidant l'US Navy fut de plus en plus incapable d'opérer en haute mer, les corsaires américains demeuraient presque les seules unités de combat à pouvoir s'en prendre aux navires marchands anglais.

En plus de son action de blocus, la Royal Navy transportait les troupes d'invasion qui attaquèrent les Etats-Unis en 1814 et effectuaient des raids dévastateurs sur les côtes américaines. La guerre de 1812 coûta à la Royal Navy 12000 tonneaux de navires perdus contre 9000 pour l'US Navy.

A la fin de la guerre de 1812, contrairement à son homologue américaine qui connut une montée en puissance importante, la Royal Navy mit 80% de ses marins et cadres en demi-solde n'ayant plus besoin de maintenir une telle force navale sur les océans. Mais la domination de la flotte de guerre anglaise fut encore totale jusqu'au début de la seconde guerre mondiale. 130 ans après la guerre de 1812, l'US Navy devenait la force navale la plus puissante que le monde n'ait jamais vu,  place qu'elle occupe toujours aujourd'hui.

 

LA MARINE PROVINCIALE :

La marine provinciale canadienne, s'occupait elle de la défense et du ravitaillement des zones bordées par les grands lacs. Cette petite marine qui comptait des dizaines de navires de faible tonnage de la corvette au brick en passant par le sloop et la frégate, allait affronter son homologue américain sur les lacs Erié, Ontario et Champlain. Mais elle connaîtra les défaites de 1813 et 1814 sur ces même lacs ; seule la flottille du lac Ontario engagée dans une course à l'armement naval tiendra tête à la flottille américaine. Gérés par la Royal Navy, les cadres de la marine provinciale ne pouvaient dépasser le grade de "commander", le Commmodore James Lucas Yeo commandait la flotte des grands lacs. En 1813 les officiers de la marine provinciale furent remplacés par des officiers de la Royal Navy. Obnubilé par sa flottille principale sur le lac Ontario, le Commodore Yeo négligea les autres flottilles ce qui conduisit aux désastres du lac Erié et du lac Champlain. La fourniture d'hommes et de matériel était continuellement détournée vers le secteur du lac Ontario au détriment des autres secteurs. La course à l'armement naval prit des proportions ahurissantes lorsque les Anglais lancèrent la construction du HMS St Lawrence, un navire de 102 canons plus gros et plus puissant que le "Victory" de Nelson à Trafalgar. La construction de ce mastodonte épuisa les moyens locaux de construction navale pour aucun résultat tangible. 

War of 1812 HMS Queen Charlotte

ci-contre le HMS "queen Charlotte" un sloop de 16 canons typique des navires de la marine des  grands lacs ; il fut capturé après la bataille du lac Erié. Souvent moins bien armés et surtout possédant des équipage moins nombreux, les navires de la marine provinciale eurent souvent le dessous dans les affrontements avec les navires américains.

 

Lors de la bataille du lac Erié le navire amiral anglais fut armé de bric et de broc avec des canons retirés du fort qui protégeait Armherstburgh car le sac de York en 1813 avait privé les chantiers navals des pièces d'artillerie nécessaires au lancement de nouveaux navires, la politique égoïste  de Yeo vis-à-vis des secteurs autres que le lac Ontario fit le reste.

Les uniformes de la marine provinciale sont les mêmes que ceux de la Royal Navy, certains soldats des régiments anglais furent mobilisés pour augmenter les équipages de ces navires qui nécessitaient toujours plus d'hommes.

 

La Planche:

 

Sur la planche on peut voir l'uniforme porté par les officiers et marins de la Royal Navy à partir de 1812, le règlement 1795 fut peu à peu remplacé par le règlement 1812 qui stipulait de nombreuses modifications.

Le tricorne fut remplacé par le bicorne, le blanc apparut sur les manches, les revers de poitrine, les épaulettes reçurent des étoiles pour indiquer le grade des amiraux, des capitaines et des commanders. La grande tenue n'était jamais portée au combat à l'exception de quelques amiraux plus soucieux de leur prestance sur le pont que de leur sécurité. Ce genre d'attitude vaudra à Lord Nelson de tomber sous les coups d'un tireur d'élite français l'ayant repéré du haut de sa hune à sa splendide tenue recouverte de décorations.

Les épaulettes sont pleines pour un lieutenant et un commander, le lieutenant en porte une sur l'épaule droite et le commander en porte deux. Le capitaine porte deux épaulettes avec une différence selon l'age dans le rang:  celui de plus de trois ans de grade porte une couronne et une ancre argent sur ses épaulettes , celui de moins de trois ans une ancre seule. Les amiraux portent des épaulettes avec des étoiles argent à huit branches, une pour un "rear" amiral, deux pour un vice amiral et trois pour un amiral.

La tenue "undress" était préférée au combat et dans la vie courante car plus pratique et moins voyante : les lacets d'or disparaissaient en partie, les culottes blanches étaient remplacées par des pantalons larges et le gilet se débarassait de ses revers de poitrine et des galons de manches.

Le soldat des Royal Marines est membre d'une compagnie ordinaire, il porte la tunique rouge à parementure bleu foncé (car Royal) le chapeau "Round hat" avec lacet blanc sur les côtés. Chaque navire de guerre emportait un détachement plus ou moins important de ces soldats de l'infanterie de marine.

Pour de plus amples informations sur les Royal Marines : Les royal marines dans la guerre de 1812

 

Les drapeaux représentés sont un fanion de la frégate guerrière vaincue en combat par le USS Constitution le 19 août 1812, la croix de saint George est accolée aux trois couleurs représentant les trois escadres défendant l'Angleterre.

034 Sticker USF Constitution Meets HMF Guerriere-introducti

Ci-contre le USS Constitution fut la bête noire des frégates anglaises, son armement allant jusqu'à 50 canons était indubitablement supérieur aux frégates anglaises de 38 canons, son équipage était en outre bien meilleur que ceux de la plupart des navires anglais opérant sur les côtes américaines. La Royal Navy avait désespérement besoin de marins pour faire naviguer ses bateaux et la qualité s'en ressentait parfois, les meilleurs équipages étaient monopolisés contre la France jugée plus dangereuse en mer que les Etats-Unis.

 

 

Le drapeau blanc à croix rouge est un emblème d'un navire de guerre de l'escadre blanche avant de devenir le drapeau officiel de la royal Navy en 1864

white ensign

 

 

 

Ci-contre les "White, Blue et Red ensign" , drapeaux des trois escadres de la Royal Navy depuis 1620 chargées de défendre le pays. Utilisé par la marine de guerre comme la marine marchande, en 1864 il fut décidé d'officialiser le "White ensign" comme drapeau de lblue ensigna marine de guerre, le "Red Esign" celui de la marine marchande et de tout navire civil et le "blue Ensign" le drapeau des navires de la Royal Naval reserv ou tout navire accueillant à son bord principalement des réservistes de la marine de guerre mais aussi certains clubs de Yachting

 

 

 

 

red ensign

 

 

 

 

 

 

 

La marine marchande possédant le drapeau à fond rouge, ses navires pouvaient être aussi bien des bateaux de guerre de l'escadre rouge que des navires marchands, un dilemne certain pour des corsaires désireux d'éviter un affrontement avec un navire de guerre.

 

Le dernier fanion est un fanon porté par un navire de la marine provinciale

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 11:45

  incorporated militia

Le Haut Canada dépendait pour sa défense de la milice sédentaire, des unités de volontaires comme les Glengarry Light's fencibles et les unités de milice particulières comme le bataillon de la milice incorporée " l'Incorporated militia"

 

Forte d'un seul bataillon à dix compagnies, calquées sur le modèle de l'armée anglaise quant à son organisation, la milice incorporée du Haut Canada fut levée en 1812 et devait être composée de volontaires aptes à servir durant toute la durée du conflit. Chaque capitaine devait recruter un nombre déterminé d'hommes pour sa compagnie qui en outre rassemblait un lieutenant, un enseigne, 3 sergents, 3 caporaux, un tambour et une cinquantaine de soldats.

 

Mais le recrutement fut difficile et ce malgré la prime d'engagement de 8 dollars et une éventuelle promesse de terres, les hommes acceptant mal l'idée de partir pour une durée indéterminée en abandonnant leur foyer et leur travail à la ferme. La milice sédentaire ne connaissant pas ce genre de difficulté, gardait la préférence pour des hommes voulant seulement défendre leur foyer en cas d'absolue nécessité, le travail de leur terre étant également une nécessité vitale dans cette partie du monde.

 

Les officiers recrutant dans différents endroits du Haut Canada, la plupart des compagnies du bataillon furent dispersées et ne virent le feu des combats qu'en compagnie constituée. 

Leurs premières actions eurent lieu en 1813. Un détachement combattra durant l'attaque de la ville de York, le 27 mai, tandis qu'un autre affrontait les Américains au fort George. Plusieurs compagnies participèrent activement aux différents combats qui eurent lieu dans la région du Niagara, notamment à Stoney Creek.

Des éléments furent également actifs dans la région du Saint-Laurent notamment en garnison dans la ville de Prescott.

Enfin à la fin de l'année, le 18 décembre, le bataillon participa à l'attaque du fort Niagara mais aussi dans les actions le long de la rive américaine de la rivière Niagara.

imagesCAI9MIJQ

ci-contre un milicien canadien dans son uniforme de coupe anglaise mais de couleur verte, les lacets sont blancs sans motif particulier. Le shako est porté avec un badge de troupe légère mais surmonté d'un plumet blanc et rouge propre aux compagnies du centre. Preuve s'il en est de la grande problématique de cette région quant à la fourniture d'un uniforme réglementaire aux hommes de la milice comme de l'armée régulière. Les soldats de l'incorporated battalion ont possédé un tel uniforme dans les premiers mois d'existence de leur régiment. Certains miliciens du Haut Canada n'apartenant pas au bataillon de milice incorporée possédaient également ce genre de tenue.

 

 

 

 

 

 

 

C'est en 1814 et toujours dans la région du Niagara que le bataillon partcipa à son plus dur combat. La bataille de Lundy'Lane verra le bataillon dans sa totalité présent sur le champ de bataille. Posté sur le flanc gauche de l'armée anglaise, il se retrouva face à face avec le 25th régiment américain, une unité de vétérans de la brigade de Scott. Les Américain sous couvert du bois et plus aguerris surclassèrent le bataillon de miliciens qui enregistra de lourdes pertes face aux redoutables soldats gris. Après une charge, le 25th régiment fit un grand nombre de prisonniers dont le général anglais Riall. Les miliciens battirent en retraite et se postèrent près du 89th foot. La bataille tourna à l'avantage des Américains qui empêchèrent les Anglais de reprendre les canons qu'ils avaient perdus sur la colline. Mais alors que la victoire tactique était acquise, les Américains abandonnèrent le champ de bataille, laissant les Anglais récupérer la colline.

Les pertes du bataillon étaient lourdes : une cinquantaine de morts et de blessés, 22 prisonniers et 75 disparus.

 

Le siège du fort Erié qui suivit fut une inutile et sanglante confrontation pour les Anglais qui furent incapables de prendre le fort américain. Le bataillon de miliciens ne fut pas impliqué dans la malheureuse attaque du 15 août qui vit la perte de plus de 500 soldats britanniques. et se replia avec le reste de l'armée vers le nord une fois le siège levé. Il participa à la construction des fortifications protégeant l'accès vers le nord de la péninsule en cas de retour offensif des Américains. Mais ces derniers ne vinrent pas et abandonnèrent la péninsule du Niagara et n'y reviendraient plus.

 

Avec le départ des Américains de la péninsule du Niagara, le bataillon retourna dans ses quartiers d'hiver puis fut officiellement dissous le 24 mars 1815 après avoir été complimenté pour sa tenue dans ses différentes actions de combat. Les hommes retournèrent chez eux avec 6 mois de paiement de solde en guise de prime.

 

Son drapeau parvint au Canada en 1822 et fut présenté à York le 23 avril avec l'honneur de bataille "Niagara" dans ses plis et est aujourd'hui conservé au musée national de la guerre d'Ottawa.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 23:09

Dragons14th

Le 14th régiment de dragons légers anglais fut l'un des trois régiments de cavalerie anglais à participer à la guerre de 1812 avec le 19th light Dragoon présent au Canada depuis plus longtemps et le 6th dragon qui ne servira que durant la campagne de la Chesapeake et à titre d'escorte de l'état-major.

Le 14th light Dragoon fut engagé dans la campagne lancée contre la Louisiane en 1814 et qui avait pour but de s'emparer de la ville de la Nouvelle-Orléans afin de porter un coup au commerce florissant de cette partie des Etats-Unis.

Le régiment n'engagea que deux escadrons dans cette campagne et arriva en Amérique du Nord sans ses chevaux, espérant en trouver sur place. Malheureusement le harnachement complet du régiment tomba entre les mains d'un corsaire américain et c'est à pied que l'unité allait combattre.

La campagne fut courte et se solda par le désastre de la Nouvelle-Orléans puis la capture du Fort Bowyer près de la ville de Mobile avant de se terminer dès que la nouvelle de la signature du traité de Gand eut atteint le corps expéditionnaire anglais.

Pour de plus amples détails sur cette unité reportez-vous ici : Le 14th dragon légers dans la guerre de 1812

 

La planche est une modification légère d'une planche d'Alexis Cabaret.

BritLtDragoonLe régiment est présenté sous son uniforme 1812 qui ne fut guère apprécié car trop ressemblant aux chasseurs à cheval français. Il se composait d'une tunique courte bleu foncé à col, manches et revers de poitrines orange et garnie d'épaulettes blanches sur les épaules. La couleur du régiment était originellement le jaune mais avec son titre de Duchess of York's Own, il passa à l'orange.

 

Le tarleton est abandonné et remplacé par un shako tronconique plus large sur le dessus qu'à la base et garni de lacet blanc pour la troupe et argent pour les officiers. Chaque cavalier portait un plumet rouge et blanc, les trompettes perdaient leur habit aux couleurs inversées mais se distinguaient des autres cavaliers par un plumet entièrement rouge. Les sous-officiers portaient les chevrons sur le bras droit, les officiers avaient leurs lacets de couleur argent, une ceinture or et rouge. A l'arrière de la tunique dans le creux des reins se trouvait une bande de 14 cm de laine blanche surnommée la cascade dont ont ignore la réelle utilité.

 

 

Les pantalons sont gris doublés d'un renfort de cuir marron à l'entre-jambes et possédaient une double ligne orange sur le côté. Les tapis de selle sont montrés à titre d'exemple puisque l'unité ne combattit pas à cheval durant la campagne et s'était fait subtiliser cet équipement par des marins américains.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 14:15

60thrifle

Déjà étudié ici : Le 60th Rifles "royal american" dans la guerre de 1812

Le 60th rifle était un des deux régiments d'infanterie légère équipés de la carabine Baker : La carabine Baker

avec le 95th rifle qui lui aussi participera à une campagne durant la guerre de 1812.


Le 60th rifle fut représenté par le 7th bataillon qui avait la particularité de ne posséder que deux compagnies sur les dix à être armées de la carabine Baker, le reste du bataillon était équipé du mousquet Brown Bess : Le mousquet BROWN BESS dans la guerre de 1812

Essentiellement présents dans la campagne contre le Maine, les rifles du 60th régiment ont participé aux batailles de Hampden ou Castine avant de repartir pour Halifax où le régiment sera dissous en 1817.

 

L'uniforme :

 

La planche (planche du 95th rifle d'Alexis Cabaret modifiée) représente le 7th bataillon du 60th regiment. Les hommes portaient le pantalon bleu gris mais une inspection réalisée à Halifax en 1814 montre que le pantalon vert habituel de ce régiment était également porté. Le reste de l'équipement est en tout point semblable à celui du 95th Rifle. La seule exception demeure les cols et les manches rouges sans liseré noir ou blanc. Les retroussis sont rouges.

 

Le cornet ou "Buglers" portait vraisemblablement des wings avec des lacets rouges et noirs sur la poitrine. Les officiers portaient la tenue de l'infanterie légère avec des renforts de cuir sur l'entre-jambes de forme variée. Le sabre est courbe et la pelisse verte à fourrure noire ou marron était également très prisée. Le shako était celui de l'infanterie légère avec plumet vert et cor de chasse argent sur le fronton.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 09:12

US navy

Déjà étudiée ici : l'US NAVY dans la guerre de 1812

L'US Navy dans la guerre de 1812 ne représenta qu'une petite force maritime mais ses exploits face à la puissante marine anglaise lui apportèrent un prestige immense.  Son développement d'après-guerre fut en grande partie le résultat de la guerre navale livrée par les Etats-Unis et le blocus de la Royal Navy qui démontra la nécessité de posséder une flotte importante afin de garantir le libre échange maritime et la protection des côtes.

Ce n'est qu'après la guerre de 1812 que l'US Navy possèdera des navires de ligne à 74 canons.

A côté des navires de l'US Navy, la petite flotte du US Revenue ou garde-côtes assura avec ses corvettes la difficile mission de la lutte anti-contrebande, l'interception des corsaires anglais, et la surveillance des côtes. Engagés dans plusieurs combats, les garde-côtes américains ne déméritèrent pas et furent de précieux auxiliaires de la flotte de haute mer.

 

La planche (modification d'une planche d'ALexis Cabaret) ; Les uniformes sont valables pour l'US Navy comme pour les garde-côtes américains, elle représente de gauche à droite:

 

Un officier en grande tenue en 1812, les épaulettes or sur les deux épaules indiquent un grade de capitaine (commandant de navire), à côté de lui se trouvent deux lieutenants en tenue de service, l'épaulette sur l'épaule droite indique que ce lieutenant fait office de commandant de navire, dans le cas contraire , l'épaulette serait placée à gauche.

 

Un aspirant en tenue de service avec pantalon bleu (la couleur blanche ou bleue varie avec les saisons chaudes ou froides), l'aspirant étant le premier grade des officiers il ne porte pas de lacet or sur l'uniforme comme sur le bicorne, l'adjudant ou "Maître" appartient au corps des officiers mariniers ou sous-officiers de la marine, il possède une tenue de service simple, dépourvue de lacet or, il porte un pantalon à pattes d'éléphant très en vogue chez les marins.

Deux matelots en tenues variées avec un "round hat" très apprécié chez les marins et plus maniable dans la mature que des chapeaux à larges bords, les matelots ne possédaient pas de tenue à proprement parler mais d'un style en usage chez tous les marins des flottes occidentales.

 

Les Drapeaux :

 

Les drapeaux des garde-côtes modèle 1812, le modèle actuel est très ressemblant, le fanion de l'US Navy indique la présence de l'amiral ou du commandant de la flotte à bord du navire sur lequel ce fanion est hissé ; il existait plusieurs modèles ou varia le nombre d'étoiles. Le drapeau bleu " don't give up the ship" fut le fanion personnel du Commodore Oliver Hazard Perry ou O.H.P lors de la bataille du Lac Erié en 1813. Il reprend les derniers mots du commandant, ami d'O.H.P, du USS Chesapeake qui fut vaincu par la frégate anglaise HMS Shannon et qui exhortait son équipage à ne pas cesser le combat. Le commandant du USS Chesapeake, Lawrence, mourut mais ses derniers mots flottèrent haut quand la flottille américaine du lac Erié écrasa son homologue anglaise assurant la domination de la région.

War of 1812 Erie Perry Victors

 

ci-contre la flotille de O.H.P au retour de la bataille du lac Erié avec les  navires anglais capturés, Généralement un vaisseau capturé avait le fanion de son vainqueur au-dessus du sien.

 

 

 

 

Le US NAVY Jack est le drapeau utilisé par les navires de guerre de l'US Navy, un "Jack" est un fanion national pour la marine de guerre. La devise inscrite sur le "Jack" est "don't tread on me" "ne me marche pas dessus" avec un serpent à sonnette sur fond de treize bandes rouges et blanches. Hérité de la guerre d'indépendance, le symbole du serpent à sonnette évoque le fait qu'il ne mord pas tant qu'on ne le dérange pas.

Vous voilà prévenus !

 

Navy flag

ci-contre Le drapeau de l'US Navy qui fut adopté en 1959 par décision présidentielle

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 08:40

lightdragoon

Le sujet a déjà été abordé ici pour de plus amples informations Les dragons légers de l'US army

Seule unité de cavalerie de l'armée régulière des Etats-unis le régiment de dragon léger fut levé en 1808 puis renforcé d'un deuxième régiment en 1812. Le chef de corps du deuxième régiment réclama un nouveau casque pour ses hommes le modèle 1808 étant impopulaire parmi les dragons légers. Le modèle 1812 reprenait maladroitement les casques portés par les Français et les Anglais, plus élégant que le premier modèle il portait une plaque métal représentant un dragon chargeant et était recouvert par une crinière blanche mais parfois noire.

casque1812

 

 

ci-contre le casque modèle 1812 qui équipa les dragons légers américains, le design reprenait le casque utilisé par les dragons français et anglais et avait un cimier surmonté d'une crinière qui devait être blanche. Mais devant le manque de crinière de ce type, des crinières noires furent utilisées. Les cavaliers des deux régiments ont porté ce couvre-chef tout comme l'ancien, le nombre de casques disponibles étant insuffisant.

 

 

 

Rarement utilisés en tant qu'unité de cavalerie au combat, les régiments de dragons légers furent éparpillés sur tous les fronts et combattaient à pied la plupart du temps.

 

Ils opérèrent néanmoins deux charges l'une contre le 49th foot à Crysler'Farm en novembre 1813 et qui se termina en déroute et l'autre contre l'arrière-garde anglaise après la bataille de Baltimore en septembre 1814.

Comme pour toutes les unités montées américaines de la guerre de 1812, les commandants en chef ne savaient pas comment utiliser le potentiel combattant d'un régiment de cavalerie et les ont cantonnées à des missions de reconnaissance, ou en tant qu'estafettes.

En 1814 les deux régiments  qui ne furent jamais complets et entièrement montés furent amalgamés en un seul, puis à la fin de la guerre les cavaliers du régiment de dragons légers furent versés dans le régiment de la light artillery.

Après la dissolution du régiment de dragons légers, il fallut attendre 1833 pour que l'US Army possède à nouveau un régiment de cavalerie de ligne.

3901eecfcea3

 

ci-contre à gauche dragons légers ; on peut apercevoir le casque modèle 1808 sur le cavalier de droite. A cheval l'armement de ces hommes consistait en un sabre courbe copié sur un modèle de cavalerie légère français et d'un pistolet. Il n'utilisait des mousquets ou des carabines que pour le service à pied.

 

 

 

 

 

 

 

 

La planche: (modification de planches d'Alexis Cabaret)

La grande tenue est portée avec le pantalon blanc ou fauve, le pantalon bleu est réservé pour la vie en campagne, bien que représenté en casque 1812 il est plus que probable que nombre de cavaliers, surtout dans le premier régiment, portaient le casque 1808. Les grades se reconnaissaient par les épaulettes, les wings et la couleur des plumets. Le trompette portait probablement une tenue inversée entièrement blanche avec lacets bleus.

Sur la petite tenue, les noeuds hongrois n'étaient pas portés

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 08:39

  rangers

Les US rangers de la guerre de 1812 sont les descendants de plusieurs unités spéciales typiques des conflits nord-américains. Le terme ranger apparaissant pour la première fois vers 1670 durant la guerre du roi Philippe, la première unité de rangers célèbre combattit durant les guerres franco-indiennes du côté anglais. Pendant la guerre d'indépendance des unités de Rangers furent levées chez les loyalistes pour affronter les insurgés américains ; parmi elles citons les "Rodger's rangers" ou les "Queen's rangers".

 

A la déclaration de la guerre en juin 1812, L'US Army possédait déjà sur ses registres des unités de rangers. Le Congrès des Etats-Unis avait autorisé la création de six compagnies de rangers montés ou non par un act du 2 janvier 1812. Ces compagnies devraient posséder 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 enseigne, 4 sergents, 4 caporaux et 60 soldats. Ces hommes étaient pour la plupart montés et devaient amener leur armement, équipement et monture. Ils ne possédaient pas à proprement parler d'uniforme et il semble que la plupart d'entre eux aient revêtu la veste de chasse typique des riflemen.

Les unités de rangers font partie des registres de l'US Army et à ce titre sont considérées comme des unités régulières temporaires comme les volontaires. Leur mission première est la reconnaissance et la protection des frontières établies le long du Mississippi avec une vocation de lutte contre les indiens. La plupart des unités de rangers opéraient en petit nombre et organisèrent des raids ou aidèrent les colons à se prémunir des attaques ennemies. Quelques unités furent envoyées sur la frontière nord avec le Canada.

 

Le 25 février 1813, le congès autorisa la création de dix compagnies supplémentaires de rangers démontrant l'utilité de telles unités pour la sécurisation du pays.

    Sur la planche on peut voir quelques exemples de ce qui état porté par ces hommes, le clairon se distingue uniquement par son instrument et les officiers par le port de l'écharpe rouge mais ce n'était pas toujours obligatoire. La plupart de ces hommes sont armés de carabines rayées, de couteaux, tromblons, pistolets ou tomahawks.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 16:50

artificers

Déjà traité ici, Le corps des artificiers dans la guerre de 1812

le corps des artificers était une petite unité d'élite dépendant du département du quartier-maître général. Ce corps de génie chargé de la construction, de l'entretien des fortifications travaillait en coordination avec le corps des ingénieurs et des sapeurs.

L'uniforme de cette unité était un "coatee" vert à une rangée de boutons jaunes avec un col rouge à liseré or ou jaune.

Le pantalon était vert ou blanc en été. Les cadres de cette unité (maître-ouvrier, adjoint et super-intendant) possédaient une sorte de wing rouge et or sur les épaules avec une, deux ou trois étoiles à six branches. Le shako était celui de l'artillerie en 1812/1813 puis le tombstone à plumet vert, corde jaune et plaque jaune.

Le super-intendant était parfois représenté en tenue bleu foncé à trois rangées de boutons et avec les wings caratéristiques de son unité (voir planche).

 

La compagnie des sapeurs, bombardiers et mineurs ou Compagny of Bombardiers, sappers and miners était également une unité du génie. Il s'agissait de la branche des hommes du rang qui aidaient le corps des ingénieurs (créé en 1802). En 1803 ce corps regroupait 18 membres et fut augmenté en avril 1812 à 62 hommes. Leur uniforme est une veste bleu sombre avec parement de poitrine et de manche en lacets jaune et disposé en V. Les boutons sont jaunes, le col est noir. La tenue restera la même tout le long du conflit, seuls les couvre-chef changeront, passant du "felt cap" au tombstone à plumet noir. Les musiciens portent la tenue rouge inversée.

 

Le corps des ingénieurs ou Corps of ingeneers, regroupait les officiers du génie depuis 1802. Il participa aux travaux du génie de l'armée, conception et construction d'ouvrages avec l'aide des deux autres branches qu'était le corps des artificiers et des sapeurs, mineurs et bombardiers, il participa également à la gestion de l'académie militaire de West Point qui formera beaucoup d'officiers de cette arme.

L'uniforme des ingénieurs était la veste bleu sombre avec col et manches en velours noir, lacet en V de couleur bleu foncé sur les manches et la poitrine. Le bicorne était porté avec une cocarde noire et des glands or. Les épaulettes étaient couleur or, le pantalon était blanc ou bleu en fonction de la saison. En tant qu'officier du génie il ne semble pas avoir porté d'écharpe rouge autour de la taille.

(La planche est une modification de plusieurs planches d'Alexis Cabaret)

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 17:25

plancheusartillerie1814

L'artillerie américaine possédait 4 régiments durant le début de la guerre de 1812, à savoir les 3 régiments d'artillerie à pied (les 1st, 2nd et 3rd regiments of artillery) et le régiment d'artillerie légère ou "light artillery".

 

Un corps d'artillerie ou corps of artillery fut créé en mai 1814. Il résultait de l'amalgame des 3 régiments d'artillerie à pied en une seule composante, le but de cette restructuration était double : rationaliser le parc et les matériels tout comme son emploi et aussi de gommer les différences entre les 3 régiments d'artillerie à pied. En effet, le 1st regiment of artillery, ancien "regiment of artillerist", était considéré comme le seul régiment d'artillerie à pied permanent de l'armée et à ce titre, ses cadres bénéficiaient d'avantages dans les promotions et les mutations. Les deux autres régiments étaient considérés comme des unités temporaires de l'armée régulière.

 

Dans les faits le corps d'artillerie regroupait 4 bataillons à 12 compagnies mais fut dispersé comme ses prédécesseurs sur tous les théâtres et ne put jamais servir comme grande unité au combat. Les gains opérationels furent donc nuls. Les hommes de l'artillerie continuèrent néanmoins à se battre dans la plupart des engagements de l'armée américaine, mais en petits détachements, ce qui diminua fortement l'impact des canons.

L'idée d'un engagement massif à l'européenne ne put jamais être mise en place faute de moyens comme de réelle nécessité tactique.

Le quartier général du corps d'artillerie ne servait que comme administration et n'avait pas de réelle fonction de commandement au combat. Les artilleurs demeuraient sous le commandement des chef de corps des différents théâtres.

Le corps d'artillerie fut dissous en 1821 après avoir récupéré dans ses rangs les cavaliers du régiment de dragons légers en 1815.

 

us corps of artillery

L'uniforme:

 

Les changements opérés dans l'infanterie, intervinrent également dans l'artillerie et la tenue des artilleurs fut simplifiée. Elle consistait en un coatee bleu foncé avec col et manches bleu foncé. Le col était passepoilé de jaune mais les manches, comme la poitrine, perdaient leurs lacets jaunes. Les boutons étaient jaunes, le shako "tombstone" portait une cordelette jaune avec plumet blanc sur le côté droit, une plaque en laiton était fixée sur le devant du shako. Le pantalon était bleu ou blanc en fonction des saisons chaudes ou froides.

 

Dans les faits, la plupart des hommes conservèrent longtemps leur tenue de leur corps d'origine et il fallut attendre la fin 1814 pour les voir habillés réglementairement. Les shakos "tombstone" étant en nombre insuffisant pour équiper tous les hommes, les shakos "felt cap" de l'artillerie demeurèrent longtemps en service avec la plaque du corps d'origine ou la nouvelle plaque du corps d'artillerie. Les officiers portaient maintenant le shako mais gardaient parfois par tradition le bicorne, le coatee des officiers était à longues basques et de couleur identique à celui des hommes de troupes. Les sous-officiers portaient les épaulettes jaunes et à partir du grade de sergent, l'écharpe rouge autour de la taille avec l'épée droite.

 

La planche est une modification de plusieurs planches d'Alexis Cabaret

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 08:51

1stScotV2

La nouvelle planche (modification de la planche du 1st Royal Scot d'Alexis Cabaret) du plus ancien régiment de l'armée anglaise sur lequel vous pourrez avoir de plus amples détails ici : Le 1st regiment of Foot : " The Royal Scots "

Ce régiment de vétérans fut présent au Canada à partir de 1812, ce fut le premier bataillon du régiment qui fut envoyé en Amérique du nord.

Cette unité participa à nombre d'engagements sur le secteur du Haut Canada particulièrement durant la campagne du Niagara en 1814 où le régiment subit un grand nombre de pertes dans les trois grands affrontements de cette campagne que furent  Chippawa, Lundy'Lane et le siège du Fort Erié.

 

 En tant qu'unité royale la couleur du régiment est le bleu royal que l'on retrouve sur son drapeau régimentaire. En tant que "royal" les musiciens ne sont pas autorisés à porter la tenue inversée et arborent une tunique rouge plus élaborée de la même manière que les régiment de "Foot Guards"

flag1st

ci-contre le "regimental flag" du régiment avec la devise Scots and royal surmontant le symbole de l'ordre de la jarretière couronné et entouré d'une couronne arborée avec roses et chardons pour rappeler l'origine écossaise du régiment.

au-dessous un petit sphynx avec couronne de laurier rappelle sa participation à la campagne d'Egypte. Le symbole central du drapeau est répété sur les trois bords extérieurs et inférieurs. Le dernier quart étant rempli par "l'union jack" symbole du Royaume-Uni depuis l'acte d'union de 1801 et qui regroupe les croix de "saint George" pour l'Angleterre, "saint André" pour l'écosse et "saint Patrick" pour l'Irlande. L'officier porte-drapeau est un enseigne ce qui correspond au grade le plus bas des officiers subalternes mais ce poste dangereux demeure un poste honorifique. Le port du bicorne indique un uniforme du début 1812, la tenue des officiers verra les basques raccourcies et le shako "belgic" remplacer le bicorne vers 1814

 

 

 

 

La planche (d'après une oeuvre originale d'Alexis Cabaret modifiée "légèrement" par mes soins)

De gauche à droite :

officier en uniforme 1812/1813 avec bicorne, tambour dans sa tenue rouge commune aux unités royales, le sergent avec sa pique en tenue 1813, il porte la tenue de campagne avec pantalon gris, demi-guêtres grises et shako "stove pipe". Il porte l'épée droite de l'infanterie de ligne et la ceinture de laine rouge avec bandeau bleu royal.

Grenadier en tenue 1813 avec ses wings et son plumet blanc faisant de lui la compagnie d'élite du régiment.

Soldat de la compagnie légère ou "light coy" avec ses wings et son plumet vert, on différencie les soldats de l'infanterie légère et ceux des compagnies légères des régiments de ligne par le port de la plaque sur le shako"stove pipe" les légers de la ligne portent une plaque indentique au reste du régiment, les légers d'un régiment d'infanterie légère (comme le 52nd ou le 43rd) portent un cor de chasse sur leur shako.   

Soldat en capote, les soldats anglais combattirent dans des conditions extrêmes et durent s'habiller en conséquence. Les Anglais affrontèrent des conditions froides également en Espagne.

Soldat en uniforme 1814, la nouvelle tenue incluait le shako "belgic" pour les soldats.

Sapeur ou pionnier de la compagnie de grenadiers. Chaque bataillon possédait une section de pionniers commandée par un caporal, chaque compagnie fournissait 2 hommes pour armer cette section. A l'exception de la brigade de Scott, cette organisation du génie au combat n'était pas pratiquée par les régiments d'infanterie de l'US army.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere