8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 21:54

voltigeur

C'est au tour des voltigeurs canadiens de bénéficier d'une nouvelle planche.

Rappelons que cette unité fut recrutée en 1812 dans le Bas Canada et fut composée  de francophones. C'est une unité de milice provinciale et à ce titre n'apparaît pas dans les registres de l'armée anglaise.

Dispersés en petites unités, ils furent impliqués dans de nombreuses escarmouches contre les forces d'invasion américaine.

Commandé par le major Charles Michel de Salaberry, lui-même originaire du Bas Canada et officier du 60th regiment of rifle, le régiment des voltigeurs participa à la plupart des engagements qui eurent lieu dans le secteur de Montréal et plus particulièrement Crysler's Farm (trois compagnies engagées)  et Chateaugay mais aussi Lacolle et Sacket'Harbor.

Leur dernier grand engagement eut lieu lors de la campagne de Plattsburgh où ils appuyèrent les forces d'invasion anglaises.

8462L-Canadian-Volitguers

 

à gauche : voltigeur canadien à l'entraînement, malgré le statut d'unité milicienne, De Salaberry insista auprès de ses officiers pour obtenir le meilleur de ses hommes notamment grâce à un entraînement rigoureux et intensif. L'expérience dans le combat d'infanterie légère de Salaberry l'aida grandement dans cet objectif. On reconnaît l'uniforme 1812 - 1813 avec sa rangée unique de boutons sur la veste grise  à manche droite. L'officier en vert est facilement reconnaissable dans sa tenue de rifle anglais.

 

 

Ayant acquis une grande notoriété dans la guerre de 1812, le régiment des voltigeurs canadiens est une des unités les plus polpulaires au Canada durant cette période.

v2 c4 s12 ss01 03

 

Pour d'autres informations vérifier l'article suivant : Les voltigeurs canadiens : les héros de Chateaugay

 

Le régiment étant composé de francophones, son recrutement débuta en avril 1812, il fut décidé de l'habiller en gris et non en rouge pour ne pas heurter la sensibilité particulière des populations et surtout des soldats de ce corps et ainsi accueillir le plus grand nombre possible de volontaires. Le régiment est coiffé d'un couvre-chef particulier à lui qui est un petit bonnet à poil ressemblant à celui des fusilliers anglais mais en plus petit et sans plaque. Les officiers adoptèrent la tenue verte des rifles, l'origine du major de Salaberry y étant pour beaucoup. Le mousquet brown bess des troupes légères équipa l'unité.

 

 

à gauche : le recrutement des voltigeurs : chaque capitaine devait être en mesure de recruter 36 hommes et chaque lieutenant, 16.

On reconnaît les habitants du bas Canada avec leur bonnet de laine caractéristique porté jusque dans dans les unités de milice sédentaire

 

La planche:

 

On peut voir de gauche à droite un officier de ce petit corps francophone, habillé dans la tenue verte des officiers anglais de la légère, les officiers des voltigeurs canadiens possédaient le petit bonnet à poil avec une flamme verte sur le côté terminé par un petit pompon noir.

Le soldtat suivant porte le premier uniforme du corps avec un pantalon bleu foncé, une tunique grise à rangée unique de boutons et des pattes d'épaule noires sans wings. Le soldat d'à côté porte le manteau de l'infanterie britannique à double rangée de boutons et les baudriers portés par-dessus.

 

le caporal et le soldat suivants portent la tenue 1812/1813 avec l'uniforme entièrement gris et les wings noirs sur les épaules ; les manches sont à parements droits et à trois boutons. La veste s'attache avec une seule rangée de boutons sur la poitrine.

 

Le soldat suivant porte la tenue fabriquée en Angleterre et qui est calquée sur le modèle de celle des troupes légères anglaises avec ses trois rangées de boutons et ses manches à parements en pointe. Cette tenue arrivera en 1814 au Canada et sera portée jusqu'à la dissolution du corps.

 

Le sergent est habillé avec l'uniforme 1814/1815 et porte donc trois rangées de boutons sur la poitrine, des manches à parements à pointes, des chevrons triples sur les bras et l'écharpe de laine rouge à bandeau central noir.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 14:30

plancheusartillerie1812

A l'ouverture des hostilités, l'US army comprenait 4 régiments d'artillerie dont un d'artillerie légère (light artillery).

Le premier régiment était l'ancien regiment of artillerist, les deuxième et troisième régiments étaient de création récente.

L'uniforme des 2nd et 3rd regiment en 1812 obéissait aux mêmes règles que l'uniforme de l'infanterie en 1812, les lacets blancs étaient remplacés par des lacets jaunes, le shako était le "felt cap" avec cordelette jaune et la plaque de shako était différente entre le 2nd et le 3rd regiment of artillery.

Les pantalons guêtres étaient courants et les couleurs été et hiver étaient le blanc et le bleu avec un passepoil jaune ou blanc. Le pantalon large remplaça avantageusement l'ancien pantalon guêtre vers 1813.

les retroussis étaient rouges avec diamant jaune, les plumets de shako étaient blancs. Les sous-officiers possédaient des épaulettes jaunes avec une écharpe rouge pour le sergent.

Les officiers étaient coiffés du bicorne et lacets, boutons et épaulettes étaient couleur or.

L'uniforme de l'artillerie à pied américaine n'évolua pratiquement pas jusqu'à la création du corps of artillery où il devint entièrement bleu comme l'infanterie.

 

Le deuxième régiment reçut 600 uniformes capturés de la royal artillery qui après de légères modifications furent réutilisés tels quels.

Les régiments d'artillerie furent souvent utilisés comme des unités d'infanterie notamment à Queenston Heights en 1812.

Quand les trois régiments à pied furent intégrés en un seul corps d'artillerie l'uniforme adopta la nouvelle coupe copiée sur le règlement 1813.

 

La planche représente l'uniforme réglementaire porté par les 2nd et 3rd régiments à pied (le premier régiment conserva sa tenue particulière avec chapeau de bras un certain temps après le début de la guerre). Les cordes fixées aux cotés des artilleurs sont des prolonges : cordes destinées à tirer les pièces à la main sans avoir à les fixer sur leur avant-train.

Les musiciens comme dans l'infanterie portaient la tenue inversée mais avec lacets jaunes.

(planche modifée d'après un modèle d'Alexis cabaret)

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:36

plancheusrifle1812

Les riflemen font partie du mythe guerrier de la guerre d'indépendance ; parfois surestimé, leur impact réel sur le conflit contre l'Angleterre fut néanmoins important. Dans l'esprit de beaucoup de gens, le rifleman, c'est-à-dire le soldat léger équipé d'une carabine rayée ou "rifle", fut le combattant d'élite de l'armée continentale. Il est vrai que ces tireurs d'élite capables d'abattre une cible à plus de 300m avec une grande  précision ont causé des ravages dans les rangs des officiers britanniques précipitant ou aggravant les défaites que l'armée anglaise a connues durant cette période.

 

Mais ces combattants ne furent pas l'arme absolue de cette guerre car par-delà leur qualité de tireur, ils ne pouvaient tenir face à une armée en ligne motivée et surtout tirant presque deux fois plus vite grâce à leur mousquet moins précis mais plus facile à charger. Auxiliaires appréciables et appréciés d'une armée classqiue, ils restèrent dans le collectif américain comme un des symboles de la guerre d'indépendance.

Les Anglais retinrent la leçon et s'évertuèrent à renforcer leur contingent de troupes légères équipées de "rifle" (voir article sur la carabine baker La carabine Baker ).

 

Après la guerre d'indépendance, les riflemen disparurent des cadres de l'armée américaine pour finalement réapparaître en 1808 peu de temps avant le début du second conflit contre l'Angleterre. Il paraissait impensable pour l'armée américaine de ne pas posséder une unité régulière composée de "riflemen" d'autant que leurs missions les rendaient particulièrement aptes au combat en forêt contre les amérindiens du nord.

rifles1812

En 1812 l'armée américaine, comportait un régiment de "rifles" au déclenchement du conflit : Le 1st regiment of rifle.

Le régiment est composé d'un bataillon à 10 compagnies.

L'armement des riflemen était constitué par la carabine Harper Feryy 1803 de 0.54 de calibre à canon rayé. Cette arme élégante était le digne successeur du "Kentucky" des riflemen de la guerre d'indépendance. Une version à peine améliorée fut introduite pour équiper les autres régiments de rifles qui furent levés par la suite mais globalement elle resta la même tout le long du conflit ( voir article sur la carabine µHarper ferry La carabine Harper Ferry modèle 1803 ).

Affectés à Sackett Harbor, les premiers détachements du régiment opérèrent dans la région dès juillet 1812. Leur première opération eut lieu le 21 septembre 1812, lors d'un raid sur le village canadien de Gananoque sous les ordres du plus célèbre officier du régiment : le capitaine Forsyth.

La compagnie de Forsyth (70 riflemen) et une trentaine de miliciens attaqua ce village défendu par une compagnie de la milice de Leeds. Les Américains infligèrent 18 pertes à l'ennemi et pillèrent le village de ses provisions pour une perte de deux tués et 10 blessés.

Après ce fait d'arme, le capitaine Forsyth fut promu pour le rang de Major. Après avoir été redéployé dans la région d'Ogdensburgh, le 1st rifle allait multiplier les raids. Ayant appris que des   Américains étaient retenus en otage dans la ville d'Elizabethtown, Forsyth conduisit ses hommes sur cette localité, libéra 16 citoyens américains, captura 46 miliciens canadiens du 1st Leed     Militia et ramena du matériel et des provisions. Les rifles devenaient la terreur de la région et étaient source de réconfort pour le moral des Américains habitués aux revers au début du conflit. 

Les activités des rifles déclenchèrent la riposte anglaise sur Ogdensburgh et coûtèrent aux rifles lors de la bataille du 22 février 3 morts et 17 blessés. La bataille d'Ogdensburg 22 février 1813

Après cet échec, les rifles furent impliqués dans l'opération amphibie contre la ville de York. Une compagnie débarqua non loin de la capitale du Haut Canada et alla affronter les Anglais. Une fois au sol, les hommes du 1st rifle décimèrent la compagnie de grenadiers du 8th foot qui contre-attaquait les Américains. Un survivant anglais déclara n'avoir jamais vu de feu aussi destructeur que celui des rifles américains ce jour-là.

La ville fut prise pour une perte de 9 tués et 17 blessés parmi le régiment. Le 27 mai, le régiment est impliqué dans une nouvelle opération, cette fois contre le fort George à l'embouchure de la rivière Niagara. Le régiment se montra encore une fois à la hauteur et participa activement à la chute de ce point fortifié anglais, infligea une grande perte à l'ennemi pour 2 tués et 1 blessé.

Mais la victoire de fort George fut rapidement entachée par l'échec subi par l'armée américaine à Stoney Creek où un détachement du 1st rifle fut capturé.

 

Les rifles passèrent le reste de leur séjour à fort George à mener un guerre d'usure avec les tirailleurs ennemis. Le 16 août 1813 ils se distinguèrent en tendant une embuscade aux alliés indiens des Anglais Crown infligeant 30 pertes pour un seul blessé démontrant une fois encore la supériorité de ce genre d'unité dans les combats de l'infanterie légère.

Après avoir quitté le secteur du Niagara, les rifles furent partagés entre l'armée du général Wilkinson et celle du général Hampton qui opéraient le long du Saint Laurent. Le 11 novembre 1813 à Hoople 's Creek, les rifles obtinrent un beau succès sur un groupe d'ennemis très supérieur en nombre. Mais ce fait d'arme fut éclipsé par le désastre subi le même jour par l'armée du général     Wilkinson à Crysler's Farm.

 

Le détachement de l'armée de Hampton se distingua lui aussi en octobre 1813 dans le raid mené par le colonel Clark sur Phillipsburgh afin de faire diversion. Sur place les Américains (102 rifles et des miliciens) affrontèrent un corps de miliciens canadiens de 400 hommes environ et lui infligèrent 9 tués, 14 blessés et 75 prisonniers pour deux rifles blessés seulement. Dans la foulée les rifles surprirent un second corps de miliciens canadiens assistés de quelques cavaliers légers et alourdirent encore plus le bilan des pertes pour les Canadiens. Finalement après avoir capturé des hommes et du matériel les hommes de Clark se replièrent et l'armée de Hampton entama son mouvement de retraite mettant un terme à la campagne lancée contre Montréal.

 

Les uniformes de la planche:

Il semble que le premier régiment ait gardé sa fameuse tenue vert bouteille tout le long du conflit. Il n'est pas impossible que l'uniforme gris qui fut utilisé pour les trois autres régiments fût également utilisé par le first rifle.

De gauche à droite : officier en tenue d'hiver à pantalon vert avec bottes, musicien ou cornet avec sa tenue inversée, soldat en tenue hiver puis soldat avec veste de chasse portée en été avec le pantalon large blanc. l'officier échangeait sa culotte verte avec une culotte blanche en été ; caporal et sergent avec écharpe rouge et épaulettes jaunes.

Les rifles n'emportaient pas de baïonnettes et devaient recourir à diverses armes de corps à corps comme des couteaux ou des tomahawks. La plaque de shako du premier régiment est unique à cette unité et restera sous cette forme tout le long de la guerre. Bien que les nouveaux régiments aient adopté le shako "tombstone" il ne semble pas que le 1st rifle ait utilisé ce couvre-chef.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 06:56

marines1812

Je profite du nouveau format de planche en provenance du site des uniformes de la campagne de Belgique pour placer à l'honneur le corps des fusilliers marins des Etats-Unis connu sous le nom de US marines.

L'uniforme porté par les US marines durant la guerre de 1812 est l'uniforme adopté en 1810.

 

Cet uniforme est semblable dans le style à l 'uniforme de l'infanterie américaine règlement 1810 avec le luxe de lacets qui le caractérise.

 

Sur la planche de gauche à droite nous avons un premier lieutenant reconnaissable à son épaulette or sur l'épaule droite. Les officiers du US marines portent le bicorne et non le shako. En grande tenue les officiers portent l'écharpe rouge autour de la taille ; une culotte blanche avec bottes et une épée courbe complètent le tout. Le "coatee" bleu est fermé par une double rangée de boutons or avec lacets dorés en V de même que sur les manches et les basques 3 boutons avec lacets les uns au-dessus des autres.

 

Les hommes de troupe utilisent le même uniforme mais la description est moins claire quant aux éventuels lacets sur les manches et le col. Il se pourrait que les hommes aient affiché un uniforme semblable à celui des officiers mais les lacets dorés étaient remplacés par des lacets jaunes et les boutons or par des boutons laiton ; mais il se peut qu'ils aient  porté un uniforme sans lacets aux manches et au col. De gauche à droite un soldat en tenue avec et sans lacets, un soldat avec pantalon guêtre porté dans la garnde tenue, un soldat en pantalon large porté au-dessus des guêtres et un sergent avec ses épaulettes de laine jaunes plus étroites que les épâulettes des soldat de l'infanterie américaine. Le sergent ne porte pas d'écharpe de laine rouge autour de la taille comme ses collègues de l'infanterie.

 

En-dessous différents insignes portés par les officiers, la plaque de shako de la troupe (avec dans la partie supérieure de l'insigne la devise du corps "fortitudine"), les baudriers exclusivement blancs du corps et un exemple de ce à quoi pouvait ressembler une gourde des marines avec le marquage USM ( us marines ).

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 06:52

 

plancheusinfanterie1812

Déjà présenté dans un article précédent ( L'uniforme 1810 / 1812 : la transition ) je profite du travail d'Alexis Cabaret pour faire une nouvelle présentation de cette tenue qui sera si difficile à mettre en place dans l'armée américaine faute de moyens logistiques et de fournitures suffisants pour approvisionner tous les régiments.

La planche : de gauche à droite :

capitaine reconnaissable à son épaulette placée à droite, en culotte blanche et bottes, tambour aux couleurs inversées avec un pantalon guêtre qui disparaîtra en 1813 car jugé peu commode sur le front canadien et remplacé par un pantalon plus simple que les soldats porteront guêtres au-dessous ou au-dessus. Soldats avec pantalon guêtre blanc pour la tenue été et  bleu pour la tenue d'hiver, le pantalon bleu était surligné de blanc sur le côté.

 

les deux derniers sont un caporal avec épaulette blanche sur le côté droit et un sergent avec deux épaulettes blanches, la ceinture de laine rouge et une épée droite en plus de la baïonnette de son fusil.

 

La plaque de shako fut fournie avec difficulté, les 7 premiers régiments parfaitement équipés ne connurent pas ce genre de problème et offraient l'aspect montré sur cette planche, il en va différement pour les autres régiments levés en 1812 qui outre des uniformes dépareillés auront des problèmes pour fournir des plaques de shako à leurs hommes. Le baudrier pour la giberne M1808 est blanc pour les 7 premiers régiments et vraisemblablement noir pour tous les autres, il est porté avec un baudrier porte-baïonnette. Le havresac est de couleur bleu ciel avec des inscriptions rouges ou marron-rouge dans un ovale blanc ou directement sur le sac. 

l'uniforme réglementaire vu de profil avec col et manches rouges, lacets blancs de poitrine autour d'une simple rangée de boutons couleur métal, les pattes d'épaule sont de couleur bleue ou de couleur  bleue surlignées de blanc.

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 14:31

plancheusinfanterie1813

Conscients des grosses difficultés d'approvisionnement des unités  et devant faire face à des problèmes croissants pour se fournir en tissu bleu et surtout rouge, les Américains mirent en place plusieurs mesures pour essayer de régler cette situation délicate.

 

De nombreux régiments ne pouvant se fournir en uniformes bleus réglementaires ont dû se contenter de tenues aux couleurs disparates allant du noir au marron. Callendar Irvine, commissaire général aux armées, proposa au gouvernement une première réforme concernant l'uniforme : le galonnage blanc de poitrine devait être envoyé séparément aux unités afin que ces dernières procèdent sur place à leur mise en place sur les tenues, dans le but de faire gagner du temps à la manufacture de vêtements de Philadelphie, dépassée par le nombre toujours croissant d'uniformes à réaliser.

 

Devant l'impossibilité pour nombre d'unités de faire ce travail, l'abandon pur et simple du galonnage de poitrine fut décidé et au début de février 1813 un nouvel uniforme fut proposé. Il demeurait bleu avec col et manches rouges et une seule bande de boutons en métal blanc sur la poitrine mais dépourvu de lacets blancs. Seul le col conservait des lacets blancs et un passepoil blanc sur le pourtour. Mais l'uniforme 1813 n'allait pas durer très longtemps.

 

En avril 1813, devant les problèmes induits par le blocus anglais pour obtenir du tissu bleu et surtout rouge, le col et les manches devinrent bleus également donnant un uniforme entièrement bleu. Le col conservait néanmoins son galonnage blanc. La pénurie en tissu rouge était telle que les tambours de l'US army reçurent en guise de tenue des uniformes anglais capturés par un corsaire américain et qui étaient destinés au 104th regiment of foot. Seuls les boutons furent changés ; le reste de l'uniforme anglais était conservé ; c'est pourquoi certains tambours ont des tenues avec un col et des manches jaune chamois et non rouges.

 

La planche :

Les hommes sont figurés avec le shako "tombstone" mais le shako " felt cap " pouvait tout aussi bien apparaître car en 1813 il était encore largement répandu. Petite fantaisie, le shako surligné de blanc qui fut introduit dans certaines unités mais qui disparut pour laisser la place à un sako sans liseré, la sobriété uniformologique était de mise dans l'armée américaine.

Le capitaine (épaulette isolée à droite ) est dans la petite tenue de service avec la culotte blanche et les bottes à la hongroise. Il porte l'écharpe de commandement autour de la taille et l'épée ; un manteau enroulé était parfois porté en travers de la poitrine. Le tambour porte la tenue rouge galonnée de blanc, il semble que les tambours aient continué à porter des lacets plus longtemps sur la poitrine et les manches que la troupe.  L'uniforme des tambours deviendra entièrement rouge par la suite avec le col galonné de blanc mais sans lacet de poitrine (voir la planche sur les uniformes de l'infanterie américaine de 1814).

Les hommes portent la tenue réglementaire de février 1813 avec baudrier noir pour les régiments récents et blanc pour les 8 premiers. Le pantalon blanc en été et bleu en hiver est toujours d'actualité mais le bleu sera bientôt remplacé par le gris faute de mieux. Les caporaux et sergents gardent les attributs dus à leur grade ( épaulettes de laine blanche) épée droite et écharpe rouge pour le sergent ; les pantalons sont larges et ont remplacé les pantalons guêtres inadaptés aux terrains nord-américains.

Les havresacs montrés ici sont des exemples de ce que l'ont pouvait trouver sur le dos de ces hommes, des modèles français étaient parfois utilisés ( car à la mode depuis la guerre d'indépendance ).

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 08:51

17th

Le 17th régiment de l'infanterie américaine fut levé le 11 janvier 1812 dans le cadre d'une augmentation des effectifs de l'armée américaine qui devait atteindre 25 régiments. Le 17th fut le second régiment recruté dans le Kentucky après le 7th Us infantry regiment. Organisé en 1 bataillon de 10 compagnies, il recruta environ 400 hommes. Le régiment fut initialement assigné à l'armée du nord-ouest sous le commandement du général Winchester et participa aux opérations qui visaient à reprendre le secteur de Détroit aux forces anglaises. Depuis l'implication des tribus indigènes au côté des Anglais, les troupes américaines organisaient régulièrement des représailles sur les villages indiens. Mais l'opération sur Détroit tourna au désastre lors de la confrontation contre les Anglo-Canadiens le long de la rivière Raisin.

 

Le régiment combattit à la bataille de Frenchtown où il subit des pertes très lourdes (119 hommes tués ou blessés et 60 prisonniers). Le reste du régiment fut envoyé vers fort Meigs où il soutint le siège d'avril à mai 1813. Il effectua une sortie avec le 19th régiment pour attaquer une batterie anglaise le 5 mai 1813 ; il captura 41 artilleurs et réduisit la batterie au silence pour le prix de39 tués et 90 blessés.

Lors du siège du fort Stephenson, une compagnie du 17th sous les ordres du capitaine James Hunter qui était la principale garnison du lieu, infligea une centaine de pertes aux assaillants tant blessés que tués.

Le régiment, en sous-effectif, fut combiné avec le 19th, le 26th et le 28th pour reformer les 17th et 19th US infantry regiments.

L'unité fut ensuite divisée pour être répartie dans les différents forts des régions de l'Ohio, du Michigan et du Haut Canada.

Plusieurs compagnies combattirent à Mackinack Island en 1814 pour tenter de reprendre le fort aux mains des Anglais qui l'avaient capturé dès le début du conflit. La tentative échoua et le régiment déplora la perte de 5 morts et 19 blessés. D'autres détachements furent envoyés à Fort Erié où ils soutinrent le siège en août 1814.

Le 17th régiment fut finalement amalgamé en mai 1815 avec le 1st, 13th, 24th, 28th, 33rd US infantry regiments pour former le nouveau 3rd US infantry regiment.

Ayant souvent combattu en petits détachements notamment dans de nombreux sièges, le régiment obtint  des honneurs de bataille pour sa défense du fort Erié et Stephenson.

 

TPW27 - War of 1812, 17th United States Infantry at the Rai

 

ci contre : illustration de Don Troiani :un soldat du 17th durant la bataille de la rivière Raisin ; il porte un uniforme entièrement brun pâle sans lacet au col ni aux manches, la bordure du col est de couleur jaune ce qui semble étrange puisque les cols seront bordés le plus souvent de blanc et parfois de noir.  

 

L'uniforme:

Le 17th regiment fut l'un des plus mal lotis en guise de tenues ; comme beaucoup de régiments récents il ne put se procurer l'uniforme réglementaire bleu et dut se contenter de coatee ou de simples vestes "jacket" marron, bleus, noirs, de veste "drab" grises avec des pantalons guêtres de couleurs gris, marron, "drab", bleus, blancs. Les jeunes recrues de 1812 recevant là encore un uniforme entièrement blanc en lin inadapté à l'hiver. C'est malheureusement parfois dans cette tenue que les soldats du 17th affronteront les Anglais à la bataille de Frenchtown.

Une fois réparties dans les forts, les différentes compagnies du 17th durent recevoir un panel encore très varié d'uniformes. Il ne semble pas que le 17th ait perçu les nouveaux shakos "tombstone" en avance de phase à la différence des 15th et 16th us regiment.

 

LA PLANCHE :

figure sur la planche de gauche à droite un uniforme en lin blanc pour les troupes situées sous une certaine latitude et aussi fourni aux jeunes recrues début 1812, parfois les shakos étaient exempts de plaque frontale  faute de moyens suffisants. Le coatee marron du soldat suivant a dû côtoyer les coatee gris, noirs ou bleus faisant du 17th l'un des régiments les plus "colorés" de l'US army au début de la guerre. Certains soldats portaient des "battle jacket" de couleur "drab" ou terne aussi bien la veste que le pantalon guêtre lors de la bataille de la rivière Raisin. Le tambour est revêtu d'un uniforme capturé du 104th regiment of foot avec juste les boutons qui ont été changés, les manches et cols sont restés de la couleur "chamois" voire blanc du régiment anglais d'origine. Le sergent est équipé d'un coatee bleu avec son écharpe et ses épaulettes de laine blanche, le shako pouvait être du type "felt cap" ou tombstone fin 1813, le pantalon normalement blanc ou bleu est ici de couleur terne. Les deux derniers - soldat et officier - sont en tenue réglementaire 1813 perçue par les régiments américains fin 1814 ; mais le soldat pouvait tout aussi bien porter un coatee gris à la place du bleu foncé.

 

 Fin 1814 le régiment  certainement dû recevoir l'uniforme bleu simplifié qui équipera l'ensemble de l'armée américaine ainsi que des tenues grises spécialement confectionnées pour les unités sur la frontière canadienne.

us22th

 

ci-contre : l'uniforme gris adopté à la fin de la guerre a failli devenir l'uniforme réglementaire de l'US army, pour finalement laisser la place au traditionnel uniforme bleu foncé. Cette uniforme était en tout point semblable à la tenue réglementaire 1813 hormis la couleur.

Comme de nombreux régiments le long de la frontière canadienne, le 17th Us infantry regiment fut vraisemblablement équipé en partie d'une telle tenue avant de toucher l'uniforme bleu comme la plupart des régiments américains fin 1814, début 1815.

 

 

 

 

 

 

 

 

17th1812

ci contre : illustration de Darby ERD : soldats du 17th Us infantry et milicien de l'Ohio. Le soldat de droite porte la tenue été des nouvelles recrues en lin blanc, parfaitement inadaptée à l'hiver canadien, le soldat de gauche est un caporal en tenue bleue à col et manches rouges fin 1813. Notez le pantalon brun pâle en lieu et place du blanc ou du bleu réglementaire.

Ils sont apparemment en garnison dans un des forts du Nord-Ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 15:56

22TH

Créé le 18 juin 1812, le 22th regiment of infantry recruta ses membres principalement dans l'état du Delaware, à Pittsburgh, et en Pennsylvanie.

Constitué d'un seul bataillon, son premier déploiement eut lieu dans la région du Niagara où 180 de ses hommes s'établirent dans la garnison du fort Niagara en novembre 1812.

Le 21 novembre, le Fort Niagara et le fort George échangèrent des tirs d'artillerie. Le détachement du 22th régiment participa activement au combat perdant un tué et un blessé.
Le détachement de Fort Niagra fut intégré au corps expéditionnaire du général P.Boyd dans l'attaque du Fort George le 27 mai 1813. durant l'assaut, le 22th perdit 10 blessés.
Le régiment fut redéployé dans la région du Saint Laurent sous les ordres du général Jacob Brown.
Le régiment fut impliqué dans l'ecarmouche de French Creek les 1 et 2 novembre 1813 contre des canonnières anglaises.
Le 22th passa l'hiver à French Mills dans l'état de New York puis 4 compagnies furent dirigées vers Buffalo afin d'intégrer la "left division" du général Winfield Scott en vue des opérations à venir sur la frontière du Niagara. Comme les trois autres régiments (9th, 11th et 25th) de la brigade, le 22th dut fournir des hommes pour constituer une section de pionniers ce qui était inhabituel dans l'US army.   

Ci-dessous le célèbre tableau de C Mc Baron représente l'attaque du 22th US regiment à Chippawa dans sa tenue grise. L'officier à cheval devant le régiment est Winfield Scott chef de la brigade. Les baudriers sont montrés en blanc mais devaient très certainement être noirs.

Chippewa-i

Après plusieurs semaines d'entraînement intense et quotidien avec les autres unités de la fameuse "Scott brigade" l'unité participa à la campagne du Niagara et connut son heure de gloire en affrontant les forces anglaises à la bataille de Chippawa. Au prix de 8 morts et 44 blessés, le 22th régiment comme les autres régiments de la briade de Scott démontra ses capacités tactiques et manoeuvrières supérieures à celles de leurs opposants anglais pourtant composés de vétérans.


Le reste du bataillon arriva en renfort sous les ordres du colonel Hugh Brady et c'est en bataillon constitué que le 22th regiment of infantry participa à la plus sanglante bataille de la guerre : Lundy'Lane. L'unité démontrant une fois de plus ses qualités militaires souffrit grandement et à la fin de la jurnée du 25 juillet 1814 déplorait une perte totale de
39 morts, 90 blessés et 22 disparus soit le tiers de l'effectif. Impliqué fortement dans la défense du fort Erié en août et septembre 1814 au prix de 10 morts et 42 blessés, le 22th régiment quitta le front du Niagara pour séjourner à Sackett Harbor afin d'y passer l'hiver.

La campagne du Niagara aura coûté au 22th regiment of infantry 57 morts, 176 blessés et 22 disparus démontrant l'impliquation du régiment dans cette ultime campagne.

En mai 1815, il fut amalgamé avec les 6th, 16th, 23rd, et 32nd regiments of infantry pour former le nouvel 2nd regiment of infantry.

L'uniforme:


Le 22th regiment eut à ses débuts un coatee terne avec des manches et un col vert. Les lacets étaient noirs et nombre de ses hommes ne possédaient pas de plaque pour les shakos "felt cap". Les pantalons étaient la plupart du temps bleus ou blancs mais d'autres couleurs ne sont pas impossibles. Les musiciens du 22th arboraient une tunique verte avec col et manches ternes et à lacets noirs.

1812-1ci-contre un sergent du 22th regiment en tenue hiver 1812, on reconnaît la distinctive verte sur les manches et le col mais la tunique est de couleur grise alors que ce régiment avait probablement touché des coatees de couleurs terne

 

 

 

Lors de son séjour dans le camp près de Buffalo, le régiment à été entièrement équipé de l'uniforme gris de la brigade de Scott à savoir veste courte "roundabout" grise, pantalon blanc, baudrier noir, shako "tombstone" à grande plaque frontale. Les officiers portaient la tenue réglementaire et les musiciens la tenue rouge avec ou sans lacets blancs.

Fin 1814 début 1815 il est possible que l'unité ait été rééquipée à Sackett Harbor avec une tenue bleue réglementaire mais ce n'est pas confirmé.

 

 

    22th us infantry

 

 

Ci-contre : le 22th US infantry regiment au début de la guerre de 1812

à gauche un officier en tenue réglementaire bleue ; comme souvent officiers et sous-officiers sont mieux lotis que les hommes quant à leur habillement et portent la tenue adéquate. Le tambour est habillé d'un uniforme vert à lacets noirs avec des manches et un col ternes ou chamois ce qui est une des bizarreries de ce régiment puisque normalement les tambours de l'infanterie américaine portent le rouge. Là encore les carences de l'approvisionnement n'ont pas permis aux musiciens du 22th de porter les tenues réglementaires . Le soldat suivant est une jeune recrue et à ce titre porte une tenue blanche mais pourra bientôt bénéficier d'un coatee en bonne et due forme mais de couleur "drab" avec manches et col verts avec lacets noirs.  Tous les hommes portent le shako "felt cap" apparemment sans plaque comme cela arrivait souvent pour les régiments formés récemment. 

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 07:15

15th

Ci-dessus : la tenue grise portée vraisemblablement entre 1812 et fin 1813 a certainement connu des variantes ; à la tenue entièrement grise a pu se substituer le pantalon bleu réglementaire en hiver et les cols et manches rouges avec lacets noirs.  Avec le 16th us infantry, le 15th fut l'un des premiers régiments à obtenir le shako "tombstone". Fin 1814 le régiment a adopté la tenue réglementaire avec bufletterie noire ou blanche.

 

Créé le 11 janvier 1812, le 15th régiment d'infanterie de l'armée américaine tirait ses recrues principalement de la région de Trenton dans le New Jersey.

Initialement assigné à la brigade du général Joseph Bloomfield, son commandant direct, le colonel Zebulon Pike, se démarqua rapidement par ses idées plus ou moins innovantes en ce qui concernait l'utilisation tactique de son régiment.

 En effet ce dernier s'était décidé à remettre au goût du jour une arme disparue depuis le 17ème siècle : la pique.

us15th 1813

Habituellement les régiments de ligne américains combattaient sur deux rangs afin d'optimiser la puissance de feu, mais ce faisant ils perdaient de leur impact dans les combats au corps à corps contre une autre unité en formation serrée. La pique permettait au régiment de combattre au corps à corps sur trois rangs ce qui était imossible avant pour des hommes équipés de fusil à baïonnette. Les hommes du dernier rang recevaient en outre un fusil springfield raccourci pour ne pas trop les gêner lorsqu'ils utilisaient la pique.

 

 

ci-contre un soldat du 15th équipé de la "pique" et de son fusil raccourci

 

 

 

 

Equipé de cette "nouvelle" arme, le régiment participa sans éclat à l'offensive avortée d'Henry Dearborn fin 1812 puis fut cantonné à Sackett'Harbor. Le colonel Pike fut promu au rang de général et le régiment participa à l'expédition contre York menée par leur ancien chef de corps. Lors de cette bataille, la pique fut utilisée au combat et se révéla inadaptée, les boulets de canon brisant les piques, la formation sur trois rangs augmentant le taux de pertes lors d'un tir à boulet. Les projectiles rebondissant trouvant plus de profondeur, infligeaient plus de pertes. L'unité subit ce jour-là 12 morts et 28 blessés. Le général Pike, ancien commandant du 15th US regiment, trouva la mort lors de l'explosion d'un magasin à munition ainsi qu'un grand nombre d'hommes autour de lui.

 

Le régiment fut de l'assaut sur fort George, le 27 mai 1813, et déplora une perte de 1 mort et 7 blessés dans ce combat qui vit la capture du fort anglais.

Regroupée à Sackett'Harbor, l'unité fut intégrée à la brigade du général Wilkinson qui opérait le long du Saint-Laurent mais ne participa pas à d'actions majeures.

 

Au printemps 1814, le régiment fut dirigé sur Plattsburgh sous les ordres du général Alexander Macomb. Une compagnie resta sur place tandis que le reste du régiment fut de nouveau envoyé dans le secteur du Niagara, combattit à Lyon'Creek le 19 octobre 1814 et se fit remarquer par sa bonne tenue au feu ne perdant qu'un blessé.

 

La compagnie laissée à Plattsburgh, sous les ordres du capitaine McGlassin, exécuta une audacieuse attaque nocturne le 9 septembre 1814, contre une batterie de roquette congrève anglaise installée à 500 yards du fort Brown. L'action parfaitement réussie neutralisa la batterie sans perte. C'est avec ce dernier fait d'arme que la carrière opérationnelle du 15th régiment prit fin dans la guerre de 1812.

En mai 1815 l'unité était amalgamée à la light Artillery.

 

L'uniforme:

15thus

 

ci-contre un soldat du troisième rang en pantalon bleu (tenue hiver) équipé d'une pique, au centre un tambour major du régiment dans sa tenue rouge et à droite un soldat habillé entièrement en gris. Les cols étant normalement rouges tout comme les manches mais une version grise intégrale fut également utilisée

 

 

 

 

 

 

 

 

Les recrues comme la plupart des nouvelles unités reçurent la tenue d'été en lin blanc. La pénurie d'uniformes bleus obligea le régiment à adopter un uniforme de couleur grise avec des lacets de couleur noire.

img009

Confectionnés à la hâte, les shakos de beaucoup d'hommes n'avaient même pas de plaque en métal sur leur fronton, les pantalons réglementairement blancs ou bleus en fonction des saisons chaudes ou froides étaient parfois remplacés par des pantalons gris donnant un aspect uniformément gris aux soldats.

 

ci-contre une plaque de shako confectionnée  début 1812. il n'y a pas les symboles habituels de l'aigle survolant une mer de trophée. Il est inscrit US INFANTRY 15th

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 08:05

16th

Au déclenchement de la guerre de 1812, l'armée américaine ne comportait que 8 régiments d'infanterie de ligne. Très rapidement, 17 nouveaux régiments furent créés afin de répondre au besoin en troupes que cette guerre nécessitait.

Le 16th US regiment, fut levé durant cette vague de recrutement le 11 janvier 1812.

 

Principalement recruté en Pensylvannie, le régiment fut organisé initialement en deux bataillons à dix compagnies.

A la fin 1812, le premier bataillon arriva à Plattsburgh pour faire partie de la brigade du général Joseph Bloomfield. L'unité participa à l'offensive avortée d'Henry Dearborn qui succédait aux échecs de Détroit et Queenston Heights en 1812.

Durant l'été 1813, le premier bataillon sous les ordres du colonel Cromwell, arriva à Sackett'Harbor et fut engagé dans le corps expéditionnaire qui attaqua la ville de York sur les rives du lac Ontario. Le 27 avril 1813, le régiment affronta les défenseurs anglais de la capitale du Haut Canada et se comporta bien au prix de 5 tués et 36 blessés.

 

Réassignée en mai 1813 à la brigade du général John . P . Boyd, l'unité combattit au siège de fort George le 27 mai 1813 et subit une perte de  8 tués et 10 blessés. Après la capture de ce site stratégique, elle poussa plus avant vers le sud de la péninsule du Niagara et se trouva impliquée dans la bataille de Stoney Creek le 6 juin 1813. Dans cette attaque nocturne menée par les     Anglais, il se remarqua part sa bonne tenue et une charge vigoureuse qui lui permit de récupérer un des canons capturés par les Anglais ce jour là.

16th us infantry 1813

Le 24 août 1813, la compagnie du Capitaine William Davenport fut impliquée dans un combat d'escarmouche contre des troupes légères anglo-canadiennes autour de fort George.

Les deux bataillons du régiment furent envoyés à Sakett'harbor pour y être amalgamés en un seul et assignés à la 3rd brigade du général Leonard Covington.

 

ci-contre : uniforme 1812/1813 avec sa variété de pantalons, l'officier à droite porte la tenue bleue réglementaire adaptée pour l'hiver avec pantalon bleu  

 

 

 

 

 

 

Le régiment fut de nouveau à la pointe de l'offensive sur Montréal et se battit à la bataille de Crysler'Farm où il subit des pertes sensibles dans cette journée néfaste pour les armes américaines.

Le régiment passa ensuite l'hiver à French Mills puis fut transféré dans le secteur du Niagara en 1814 et participa brillamment au combat de Cook Mills et perdit 9 blessés dans cet affrontement.

Après avoir séjourné à Black Rock pour l'hiver 1814/1815, le régiment fut finalement amalgamé avec les 22nd, 23rd et 32nd US regiments pour former le nouveau 2nd US regiment en mai 1815.

 

L'uniforme:

Les nouve16thUSlles recrues reçurent comme souvent dans cette période les tenues en lin blanches en guise d'uniforme, puis avec l'hiver une tenue plus adaptée s'imposait. La nouvelle tenue bleue étant dramatiquement indisponible faute de teinte bleue suffisante pour les confectionner, un uniforme de même coupe que la tenue réglementaire fut adopté mais de couleur noire. Les cols et manches étaient rouges, et les lacets blancs. le shako était en 1813 du modèle "Felt Cap" avec plumet blanc et plaque métal.

Les pantalons sont souvent montrés dans des couleurs les plus variées du blanc au bleu en passant par le marron ou le vert.

 

 

ci-contre un soldat du 16th US infantry dans une tenue 1812/1813 avec un pantalon guêtre vert foncé, shako "felt Cap", havresac bleu, col et manches rouges avec lacets et revers blancs.

 

 

 

Fin 1813 le nouveau shako fut adopté par le régiment qui avec le 15th US regiment fit partie des premières unités américaines à le recevoir. Ce shako était parfois surligné d'un renfort blanc sur la plaque frontale.

On ignore avec précision à quelle date le régiment reçut la tenue réglementaire bleue mais il demeure presque sûr qu'il était habillé de la sorte fin 1814.

16thUS1

Les officiers, la plupart du temps, n'avaient pas les mêmes difficultés que la troupe pour se fournir en tenues bleues et durent, dans leur ensemble, porter la tenue réglementaire. Les musiciens recevaient la tenue rouge parfois confectionnée avec des uniformes anglais capturés.

 

ci-contre à droite : soldats et officier du 16th US regiment ; les soldats portent le nouveau shako "tombstone" avec petite plaque, l'officier porte une tenue bleu foncé avec un shako "felt cap" le situant dans une période 1812/1813, le tambour porte la tenue rouge confectionnée à partir d'uniformes capturés du 104th foot. L'insigne est celui de l'actuel 16th us infantry

Repost 0
Published by SPAD - dans uniformes
commenter cet article

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere