21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 08:35

Fondée par le Français Samuel Champlain en 1608, la ville de Québec était un important centre militaire et politique du Canada, seule ville de toute la province anglaise à posséder une forteresse, elle possède une garnison importante que Prevost n'aura de cesse de renforcer durant toute la guerre.

 

La ville connut deux sièges, le premier en 1759 fut conduit par l'armée anglaise durant la guerre de 7 ans et vit la fin de la présence française au Canada, le second mené durant la guerre d'indépendance américaine en 1775 fut repoussé par la garnison. Fort de cette expérience, le général Isaac Brock renforça les fortifications et son artillerie peu de temps avant la guerre de 1812.

5b

ci-contre : une carte française de 1722 représentant les projets de fortifications de la ville de Québec ; on reconnaît l'emplacement à gauche de la citadelle mais qui sera construite par les     Anglais et un siècle plus tard.

 

 

 

 

 

 

Située sur les rives du Saint Laurent, la ville de Québec possède une situation géographique dominante faisant de cette cité une porte d'entrée vers l'océan tout en dominant  la navigation fluviale du Saint-Laurent.

 

Les fortifications de la ville de Québec connurent 4 phases dont trois pré 1812. La citadelle, ouvrage défensif le plus impressionnant de la ville, ne fut terminé qu'après la guerre de 1812. L'ingénieur anglais Mackellar va entreprendre de terminer et de renforcer le mur construit par les Français mais inachevé. Il fait renforcer l'enceinte par l'adjonction de 7 blockhaus sur le promontoire. Des fortifications en bois seront également ajoutées incluant : bastions, retranchement et batterie. Une solution en pierre aurait été préférable mais le temps et l'argent manquaient et forcèrent le commandement anglais de la ville de Québec à mettre en place des défenses en bois.

Faute de moyens financiers suffisants, la citadelle et d'autres éléments défensifs ne seront pas prêts avant 1831.

 

Le siège de 1775 a démontré aux Anglais l'importance de fortifier et de sécuriser les plaines d'Abraham. C'est pourquoi  ils s'affaireront à renforcer le système défensif de ce secteur. Mission confiée à l'ingénieur Gother Mann qui là encore, faute de moyens et de temps suffisants, ne pourra achever qu'une partie de ses projets concernant la prolongation de l'enceinte incluant les vieilles défenses françaises. Il pourra néanmoins procéder à l'installation de poudrières et de  blockhaus.

5c 001

ci-contre un des blockaus mis en place sous le gouverneur Murray dans les plaines d'Abraham afin de sécuriser cet accès vital pour la ville. Les autorités anglaises essaieront de limiter les implantations  des civils dans ce secteur pour ne pas favoriser un attaquant qui utiliserait les habitats civils comme couvert.

 

 

 

 

L'élément défensif le plus notable des plaines d'Abraham sera mis en place par le gouverneur Craig juste avant la guerre de 1812 : les tours "Martello"

800px-Martello-tower-1

2 furent installées dans les plaines d'Abraham et deux autres sur le promontoire. Ces tours en pierre ont fait preuve de leur efficacité à repousser un envahisseur notamment en Corse contre la royal Navy, plus de 170 ont été installées sur les côtes anglaises spour repousser une éventuelle invasion française. Comme les tours d'Angleterre, les tours de Québec ne furent jamais mises à l'épreuve faute d'envahisseur.

 

 

  ci-contre une tour "Martello" ; cet ouvrage possède une artillerie dans sa partie supérieure.

 

 

La garnison de Québec fut principalement fournie par les 3 bataillons de milice urbaine, les deux premiers bataillons étaient considérés comme milice franco-canadienne et le 3ème comme un bataillon de milice anglaise. Il étaient organisés comme les bataillons anglais à dix compagnies. Les compagnies d'élite étaient recrutées parmi les volontaires et généralement étaient dotées d'un meilleur équipement et d'uniformes de meilleure qualité. Le 6th bataillon de la milice d'élite incorporée fut recruté pour servir de garnison à Québec et son uniforme était très voisin de ceux des trois bataillons de milice urbaines. 

québec

ci-contre exemple de tenues portées par les milices urbaines et le 6th bataillon de la milice incorporée. Les hommes portent le "round hat" puis le shako "belgic", la tenue est calquée sur celle des réguliers anglais. L'officier de la milice sédentaire porte une tenue civile mais il est possible que certains officiers aient pu se procurer une tenue militaire rouge.

Le bouton d'officier porte la date 1775 qui rappelle la défense victorieuse de la milice de la ville contre les Américains lors du siège de 1775

 

 

Les uniformes étaient bleus à l'origine mais, sur ordre royal, furent changés pour adopter la couleur rouge traditionnelle des Britanniques en 1805. Les parements étaient noirs (col, manches et revers d'officiers) les lacets sont blancs et disposés par paires. Le shako belgic fut apparemment introduit dès la fin de 1812 et remplaça les "round hat"habituels de la milice ou les "stove pipe" quand ceux-ci étaient disponibles.

 

En plus des trois bataillons de milice urbaine et le 6th bataillon de milice d'élite, la milice sédentaire de la ville fut également disponible pour assurer la défense en cas de besoin. Cette milice ne disposait d'aucun uniforme particulier et les hommes combattaient en tenue civile avec bonnet de laine de couleur rouge pour la tenue hivernale.

Des unités de l'armée britannique séjournèrent dans la ville de manière plus ou moins longue en fonction des opérations sur les différents théâtres d'opérations. Le 1st et 8th foot envoyèrent un bataillon chacun pour renforcer la garnison de la ville mais de nombreuses autres unités régulières transitèrent par la ville. Généralement les régiments profitaient de leur séjour pour se rééquiper et se faire inspecter avant de repartir sur la frontière.

 

Des unités de volontaires d'artillerie et de cavalerie furent présentes dans le secteur de Québec, l'artillerie de la ville était maniée par des volontaires de la milice qui portaient un uniforme très proche de la "royal artillery" anglaise.

Le dernier élément de la milice de Québec fut dissout en 1815 quand la menace d'une invasion disparut définitivement.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : les uniformes de la guerre de 1812
  • les uniformes de la guerre de 1812
  • : Ce site contient des informations sur la guerre de 1812, sur les batailles, les campagnes, les navires et armements des bélligérants et leurs uniformes
  • Contact

  • Olivier Millet
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846
  • passionné d'histoire militaire et d'uniformes je mets à disposition de tous des dessins originaux sur un sujet tout aussi original. Ainsi que des informations sur la guerre de 1812 et 1846

Recherche

INDEX

Me contacter

Site partenaire

banniere